Centrafrique – Publié le 29 mars à 20:35 – Mis à jour le 29 mars 2016 à 21:16

Deux nouvelles accusations d'abus sexuels par des Casques bleus en Centrafrique

Deux nouvelles accusations d'abus sexuels par des Casques bleus en Centrafrique «
Play

L'aéroport de Zaventem pourrait rouvrir...

»
Play

Rêver le futur : Comment va-t-on s'habil...

Deux nouvelles accusations d'abus sexuels par des Casques bleus en Centrafrique

L'ONU a annoncé lundi que deux nouvelles accusations d'abus sexuels avaient été émises à l'encontre de Casques bleus en Centrafrique. Les contingents burundais et marocains sont concernés.

Au total, 25 accusations d'abus sexuels ou d'exploitation sexuelle ont été recueillies par les Nations unies en République centrafricaine depuis le début de l'année 2016, a indiqué lundi 28 mars le porte-parole de l'ONU, Stéphane Dujarric. Il a ajouté que six autres cas présumés ont été signalés sur la même période dans d'autres missions de maintien de la paix onusiennes. 

Le contingent burundais et un soldat marocain visés par les plaintes

Parmi les deux nouvelles accusations annoncées ce lundi par l'ONU, la première concerne "des membres du contingent militaire burundais" de la Minusca, basé à Sibut (préfecture de Kémo, centre). Ils sont accusés d'avoir violé une mineure âgée de 14 ans. Le cas de cette jeune fille avait été signalé à la Minusca la semaine dernière par l'Unicef, le Fonds des Nations unies pour l'enfance.

La seconde accusation vise un soldat marocain, dont l'identité n'est pas encore vérifiée. Il est accusé d'avoir exploité sexuellement une femme adulte en février dernier à Bangassou (sud).

Les deux gouvernements concernés ont été informés et le Maroc a indiqué qu'il allait mener une enquête, a précisé le porte-parole Stéphane Dujarric. 

L'ONU prévoit des mesures

Face à la multiplication des scandales de ce genre parmi les Casques bleus, notamment en RCA, le conseil de sécurité de l'ONU a voté une résolution le 11 mars dernier qui condamne les agressions sexuelles commises par ses soldats. Le texte prévoit un certain nombre de mesures de répression, dont la possibilité de rapatrier des contingents entiers. 

Le Burundi fournit 1.128 soldats et policiers à la Minusca et le Maroc 741, sur les quelque 12.000 hommes de la mission.

Rédaction web d'iTELE avec AFP - Photo : le réprésentant de l'ONU, Parfait Onanga, devant la Mission des Nations Unies en Centrafrique (Crédits: ONU)