Ferguson – Publié le 29 novembre à 00:10 – Mis à jour le 30 novembre 2014 à 16:21

Ferguson : une femme enceinte perd son oeil après un tir de flash-ball

Ferguson : une femme enceinte perd son oeil après un tir de flash-ball «
Play

Israël pourrait offrir à ses citoyens ar...

»
Play

Nigeria : au moins 120 morts dans un att...

Ferguson : une femme enceinte perd son oeil après un tir de flash-ball

Une jeune femme a perdu un oeil lors d'une altercation avec la police de Ferguson. Un exemple de la tension qui règne aux Etats-Unis et tout particulièrement dans la banlieue de Saint-Louis, suite à l'affaire Michael Brown et la décision du grand jury de ne pas inculper le policier Darren Wilson qui a abattu ce jeune adolescent Noir le 9 août dernier.

Alors que les émeutes de Ferguson battaient leur plein, une femme enceinte a fait les frais des armes non-létales de la police américaine. Les forces de l'ordres auraient tiré un "bean-bag", littéralement "sac de haricot", à travers la vitre de sa voiture. La jeune femme a perdu son oeil gauche dans l'incident suite aux projections de bris de glace sur son visage, et aurait désormais des difficultés à voir avec son oeil droit. 

Les munitions bean-bags

Les faits ont eu lieu près d'une station-service. La police dit avoir été appelée pour des coups de feu entendus dans le voisinage. A l'arrivée des policiers, la victime et son petit-ami auraient tenté de s'enfuir. Le petit ami raconte avoir tenté d'éviter les voitures de police, tandis que les officiers de leur côté indiquent avoir cru qu'il leur fonçait dessus. Dans un communiqué, la police déclare : 

L'officier, craignant pour sa sécurité, a tiré un "bean-bag" en direction de la fenêtre passager de la voiture, la faisant exploser

Le petit-ami a ensuite été appréhendé, sa caution s'élevant à 50 000 dollars. Se confiant aux médias locaux, le père - ému - de la jeune femme blessée dans l'altercation indique être "très en colère, et très déçu par les tactiques utilisées par les policiers pour garder le contrôle de la situation". Il poursuit : 

Je sais qu'ils ont un sacré travail, je sais que c'était le chaos, mais il n'y avait pas de raison de tirer sur une personne innocente assise dans une voiture.  

Si cette histoire peut paraître anecdotique, elle n'en illustre pas moins la tension qui règne dans les rues de Ferguson, poussant policiers et civils à perdre leur sang-froid. Elle met aussi en lumière les méthodes souvent remises en question ces dernières semaines de la police de Ferguson.

"Il y aura une justice pour ce qu'ils m'ont fait"

Sur son compte Facebook, la jeune femme - Dornella Conners - raconte sa version des faits. 

"Ecoutez, je n'étais pas en train de manifester. J'étais dans la voiture avec mon copain, prenant de l'essence et à manger. J'étais attachée. Je suis enceinte et on rentrait à la maison. La police est arrivée, a bloqué la voiture et m'a tiré au visage. (...) Mon petit-ami a perdu son travail pour avoir été arrêté pour rien et j'ai perdu le mien car je ne peux plus voir. (...) Il y aura une justice pour ce qu'ils m'ont fait. 

Pour le moment, aucun policier n'est poursuivi dans cette affaire, tandis que la police a tenu à préciser, comme l'indique KMOV, que De'Angelas Lee (le conducteur du véhicule et petit-ami de Dornella) a été faite dans le cadre d'une arrestation plus globale de 16 personnes, les policiers tentant d'identifier précisément qui étaient les auteurs de ces coups de feu à l'origine de l'appel fait aux forces de l'ordre.

Zoé Lauwereys (@zlauwereys)