Handicap – Publié le 25 juillet à 21:35 – Mis à jour le 26 juillet 2015 à 17:12

Une prothèse de bras Lego-compatible créée pour les enfants handicapés

Une prothèse de bras Lego-compatible créée pour les enfants handicapés «
Play

Le travail reprend, la grogne reste inta...

»
Play

Gironde : le feu progresse de nouveau

Une prothèse de bras Lego-compatible créée pour les enfants handicapés

Un designer colombien a inventé une prothèse de bras personnalisable sur laquelle les enfants peuvent ajouter leurs créations en Legos.

Comment dépasser le côté utilitaire et médical des prothèses pour les enfants handicapés, mais aussi lutter contre l'exclusion dont ils sont parfois victimes? En y ajoutant les dimensions de jeu et de créativité. C'est l'idée d'un designer colombien de l'université d'Umeå en Suède, Carlos Arturo Torres, qui a inventé un prototype de prothèse de bras compatible avec les jeux Lego destiné aux enfants victimes d'une amputation ou d'une malformation. "Mon idée n'était pas de créer une prothèse traditionnelle, mais de proposer un système suffisamment flexible pour que les enfants puissent utiliser, bidouiller, créer par eux-mêmes et avec leurs amis", raconte-t-il dans le Guardian.

Le jeu et la créativité pour lutter contre les aspects négatifs du handicap

Le projet du designer est parti du constat que le handicap peut être un facteur d'isolement, surtout pour les enfants. Le côté simplement fonctionnel des prothèses n'aidant pas à leur acceptation. 

J'essayais de comprendre de nombreux problèmes. La perception négative que les enfants ont des prothèses, la focalisation des entreprises sur l’ingénierie et non pas sur le côté humain de l'enfant, l'isolement social ressenti à cause de leur handicap et la difficulté de se construire une forte estime de soi. Pour les enfants porteurs de prothèses fonctionnelles, il peut être plus difficile de se faire des amis et se mêler aux enfants "normaux". J'ai pensé que je pouvais peut-être les aider à se lier avec les autres enfants grâce au bras

Le bras robotique est composé de trois parties : l'interface, qui fait le lien entre le bras et la technologie, le muscle, qui permet d'effectuer les mouvements de la main et du bras, et la main articulée, qui se détache pour laisser la place aux créations Lego de l'enfant. L'ensemble se clipse en un tour de main, permettant une appropriation facile et une autonomie maximale.

Équilibre entre le ludique et le fonctionnel 

Un adaptateur et un moteur intégré permettent également d'animer les constructions. Pelleteuse, fusée ou pince, l'enfant peut ainsi créer sa prothèse selon son imagination et ses envies.

Carlos Arturo Torres précise qu'il a fallu créer un prototype à la hauteur technologiquement et fonctionnel, mais aussi ludique :

Il fallait trouver le bon équilibre entre une expérience de jeu et quelque chose de fonctionnel. Quelque chose qui pourrait permettre aux enfants d'explorer leur créativité, quelque chose dont ils pourraient être fiers. Parfois, un élément fonctionnel est la seule chose dont ils ont besoin, mais à d'autres moments cela pourrait être un vaisseau spatial, une maison de poupées, un télescope, une manette de jeu vidéo ou une palme

Pour réaliser son prototype, appelé IKO, Carlos Arturo Torres s'est associé avec le département de recherche et développement de Lego, le "Lego Future Lab". Il a été testé avec succès sur un jeune Colombien de 8 ans, amputé à la suite d'une malformation congénitale. Mais à l'avenir le designer souhaite s'ouvrir à d'autres entreprises.

Carlos Arturo Torres, qui a déjà gagné un concours de design, prévoit désormais de créer dix à quinze prototypes et les présenter en décembre lors d'un événement. Il espère ainsi trouver des financements et commercialiser son idée. Il organise également une campagne appelant les enfants des écoles colombiennes à donner une pièce de Lego pour le projet. "C'est une grande chance que [le bras] ne soit pas si cher, dit-il. Le principal, c'est de se faire connaître [afin] de parvenir au stade commercial".

Mathilde Sagaire (@MathilseSagaire) - Photo : Carlos Arturo Torres