Conflit syrien – Publié le 15 mars à 14:49 – Mis à jour le 15 mars 2016 à 18:18

Syrie : un enfant sur trois n’a connu que la guerre depuis sa naissance, selon l’UNICEF

Syrie : un enfant sur trois n’a connu que la guerre depuis sa naissance, selon l’UNICEF «
Play

L'état "d'urgence économique" va être pr...

»
Play

Opération franco-belge à Bruxelles: un s...

Syrie : un enfant sur trois n’a connu que la guerre depuis sa naissance, selon l’UNICEF

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) a publié lundi 14 mars un rapport dans lequel il dresse un constat alarmant pour les millions d’enfants syriens touchés par le conflit depuis 2011. Difficultés d’accès à l’éducation, enfants soldats, exil forcé… L’enfance en Syrie se vit depuis cinq ans dans un contexte "de violence, de peur et de déracinement".

► 3,7 millions d’enfants syriens nés depuis le début du conflit

L’UNICEF estime dans son rapport à 3,7 millions le nombre d’enfants syriens qui n’ont connu que la guerre depuis leur naissance. C’est-à-dire les enfants qui ont moins de 5 ans et sont ainsi nés depuis le début du conflit syrien en 2011.

Une situation qui inquiète le directeur général de l’UNICEF Anthony Lake:

Pour les 3,7 millions d’enfants syriens nés depuis le début du conflit, cinq ans c’est littéralement une vie. Une vie où ils ont connu peu de choses si ce n’est la violence, la privation et l’insécurité.

Sur tous ces enfants syriens âgés de moins de 5 ans, 2,9 millions vivent en Syrie et 811.000 dans des pays voisins.

Carte des enfants syriens au Moyen-Orient
Create your own infographics

Dans les pays voisins de la Syrie, le nombre de réfugiés est à peu près dix fois plus élevé qu’en 2012, précise l’UNICEF. Et aujourd’hui la moitié de tous ces réfugiés sont des enfants.

► Plus de 10.000 enfants tués en Syrie entre 2011 et 2013

L’UNICEF déplore dans son rapport que la violence en Syrie soit devenue "un lieu commun". Et de préciser:

Depuis le début de la guerre en 2016, des familles syriennes ont signalé de graves infractions à l’encontre de leurs enfants. En 2015 l’UNICEF a vérifié environ 1.500 de ces infractions (…). Sur ces cas vérifiés, plus de 400 concernaient des enfants tués et environ 500 des enfants massacrés.

Le rapport indique par ailleurs que plus de 10.000 enfants ont été tués entre 2011 et 2013 en Syrie. Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance ne dispose cependant pas de chiffres sur la période 2011-2016 et qui permettraient de mesurer l’ampleur du nombre d’enfants tués depuis le début du conflit.

L’épisode de Madaya semble être à lui seul un symbole du sort des enfants vivants en Syrie. Une équipe de l’UNICEF a pu entrer en janvier dernier dans la ville assiégée  touchée par la famine. L’équipe des Nations Unies a alors fait ce constat:

Les enfants se tenaient debout sous la pluie regardant avec des yeux vides, tellement faibles qu’ils pouvaient à peine marcher. Il y avait une phrase qu’ils répétaient désespérément: "Est-ce que vous avez un bout de pain ?" (…) L’équipe de l’UNICEF et le staff de l’Organisation mondiale de la Santé ont pu examiner 25 enfants étant âgé de moins de 5 ans et étant atteints de malnutrition.

► Un retour aux années 80 en matière d’éducation

Autre point inquiétant soulevé par le rapport : l’accès à l’éducation pour les enfants vivant en Syrie. Selon l’UNICEF, la moitié des enfants syriens, soit 2,8 millions de personnes, "n’ont pas la possibilité d’étudier que ce soit en Syrie ou dans la région (les pays voisins à la Syrie, ndlr)".

Pire, l’éducation en Syrie connait un retour en arrière selon le Fond des Nations Unies pour l’enfance:

Deux décennies d’investissements dans l’apprentissage sont perdus. Les inscriptions nettes en enseignement primaire sont tombées à 70% en 2013, soit aussi bas que le taux enregistré dans les années 80.

À cela s’ajoutent les équipements scolaires rendus inaccessibles par les combats en Syrie.

L'éducation en Syrie
Create your own infographics

Article rédigé par Jean-Luc Mounier (@mounierjl) - Photo: un enfant marche dans une rue du quartier rebelle al-Qaboun à Damas, le 13 mars 2016 (crédit photo: Abd Doumany / AFP)