Conflit syrien – Publié le 17 février à 06:54 – Mis à jour le 17 février 2016 à 08:14

Le Conseil de sécurité de l'ONU critique les frappes turques en Syrie

Le Conseil de sécurité de l'ONU critique les frappes turques en Syrie «
Play

La campagne de boycott d'Israël condamné...

»
Play

Le rock'n'roll des Eagles of Death Metal...

Le Conseil de sécurité de l'ONU critique les frappes turques en Syrie

Les récentes frappes de la Turquie contre les milices kurdes dans le nord de la Syrie inquiètent le Conseil de sécurité de l'ONU.

Les consultations à huis clos entre les 15 membres du Conseil de sécurité de l'ONU se sont déroulées mardi matin, à la demande de la Russie. Les membres ont "exprimé leur inquiétude" devant les frappes turques contre les milices kurdes dans le nord de la Syrie, selon les mots du président du Conseil, l'ambassadeur vénézuélien Rafael Ramirez Carreno.

Les pays membres du Conseil ont exprimé "des niveaux différents de préoccupation (...) mais tout le monde était d'accord" pour critiquer ces frappes, selon lui, ajoutant qu'ils "sont tombés d'accord pour demander à la Turquie de respecter le droit international".

Depuis plusieurs jours, l'artillerie turque bombarde les positions tenues à sa frontière avec la Syrie par les Unités de protection du peuple (YPG) kurdes, les milices du Parti de l'union démocratique (PYD), qu'Ankara considère comme des "organisations terroristes".

Pas de déclaration formelle

Le Conseil n'a cependant pas publié de déclaration formelle condamnant les tirs d'artillerie turcs.

Les États-Unis et la France, pourtant alliés d'Ankara au sein de l'Otan, ainsi que le gouvernement syrien et la Russie avaient déjà condamné individuellement ces bombardements turcs.

L'ambassadeur syrien Bachar al-Jaafari, dont le pays avait demandé au Conseil de condamner une violation par la Turquie de sa souveraineté, s'est réjoui de cette "unanimité" des 15 pays membres à "se déclarer inquiets de l'attitude irresponsable de la Turquie".

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE (avec AFP) - Photo : Des membre du Parti kurde de l'union démocratique (AFP / Delil Souleiman)