Justice – Publié le 18 février à 21:31 – Mis à jour le 18 février 2016 à 21:44

Orelsan, rejugé pour provocation à la violence dans plusieurs chansons, relaxé en appel

Orelsan, rejugé pour provocation à la violence dans plusieurs chansons, relaxé en appel «
Play

L'hôtel Radisson à Bamako, 3 mois après...

»
Play

Le documentaire "Salafistes" n'est plus...

Orelsan, rejugé pour provocation à la violence dans plusieurs chansons, relaxé en appel

​Le rappeur Orelsan, rejugé pour injure et provocation à la violence envers les femmes dans plusieurs de ses textes, a été relaxé jeudi par la cour d'appel de Versailles, qui invoque la "liberté d'expression".

Le rappeur Orelsan, Aurélien Cotentin de son vrai nom, était rejugé pour injure et provocation à la violence envers les femmes dans plusieurs de ses textes. Il a été relaxé ce jeudi par la cour d'appel de Versailles, qui invoque la "liberté d'expression".

La cour a souligné que "sanctionner" les chansons incriminées "reviendrait à censurer toute forme de création artistique inspirée du mal-être, du désarroi et du sentiment d'abandon d'une génération, en violation du principe de la liberté d'expression". En première instance, en 2013 à Paris, l'artiste, poursuivi par des associations féministes, avait été condamné à 1.000 euros d'amende avec sursis.

"C'est une très grande déception", a réagi pour sa part Me Alain Weber, avocat des cinq associations féministes qui poursuivaient le rappeur, dénonçant des textes "d'une violence inouïe" dans certaines de ses chansons. 

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE (avec AFP) / Crédit photos: capture d'écran youtube