Justice – Publié le 09 février à 20:02 – Mis à jour le 09 février 2016 à 20:26

Menaces contre des lycées: le suspect refuse de donner les codes de ses ordinateurs cryptés

Menaces contre des lycées: le suspect refuse de donner les codes de ses ordinateurs cryptés «
Play

Comment expliquer l'absentéisme des dépu...

»
Play

Coupe de France: Saint Malo en 8ème de f...

Menaces contre des lycées: le suspect refuse de donner les codes de ses ordinateurs cryptés

Le jeune homme de 18 ans qui a été interpellé lundi près de Dijon dans l’enquête sur les fausses alertes à la bombe dans des lycées parisiens reconnait que son serveur a été utilisé pour rendre anonymes les alertes. Il nie avoir été au courant du contenu des messages mais refuse de livrer les codes de ses ordinateurs cryptés.

De fausses alertes à la bombes avaient été revendiquées par un groupe d'activistes sur Twitter. Le porte-parole de ce groupe avait affirmé que les alertes avaient été coordonnées par des hackers. Ce tweet de revendication a été rendu anonyme grâce au serveur d'un lycéen de 18 ans, interpellé lundi près de Dijon. 

Le suspect affirme "avoir ignoré que ces appels étaient de fausses alertes à la bombe". Une démarche qu’il dit par ailleurs condamner fermement. 

Le jeune homme qui se montre peu coopératif, selon nos informations, refuse de livrer les codes de ses ordinateurs qui sont cryptés. L’analyse des logiciels risque donc d’être difficile. Le lycéen explique qu’il a été averti que son serveur avait été utilisé sauvagement par le groupe "Evacuation Squad", un groupe de six internautes ayant revendiqué ces fausses alertes à la bombe à travers le monde.

Le suspect est connu de la police pour des accès frauduleux à des serveurs informatiques. Il devrait être déféré mardi soir. Le parquet de Paris devrait par ailleurs ouvrir une information judiciaire.

Article rédigé par la rédaction web iTELE