Justice – Publié le 21 décembre à 14:43 – Mis à jour le 21 décembre 2015 à 16:46

Jean-Marie et Marine Le Pen épinglés pour avoir sous-évalué des 2/3 leur patrimoine en 2014

Jean-Marie et Marine Le Pen épinglés pour avoir sous-évalué des 2/3 leur patrimoine en 2014 «
Play

Fausse bombe dans un avion Air France :...

»
Play

Fausse bombe dans le vol AF463 : l'homme...

​La Haute autorité pour la transparence de la vie publique épingle Marine Le Pen et Jean-Marie Le Pen pour "sous-évaluation manifeste de certains actifs immobiliers détenus en commun".

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a signalé lundi Jean-Marie et Marine Le Pen pour "sous-évaluation manifeste de certains actifs immobiliers détenus en commun".

Selon les informations d'iTELE, la HATVP a transmis ce signalement au parquet national financier ce lundi en fin de matinée. 

Lors de leur renouvellement de mandat d'eurodéputé en 2014, Marine Le Pen et son père Jean-Marie Le Pen auraient sous-évalué leur déclaration de patrimoine, une sous-évaluation estimée aux deux tiers de leur patrimoine immobilier, selon les informations d'iTELE. Jean-Marie Le Pen et sa fille partageraient des biens immobiliers, à Saint-Cloud et à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine).

Concernant la présidente du Front National, la sous-estimation serait évaluée à plusieurs centaines de milliers d'euros. 

Quant à Jean-Marie Le Pen, il aurait non seulement sous-évalué sa déclaration de patrimoine de près d'un million d'euros, mais aurait aussi omis de déclarer un compte en Suisse ainsi que des lingots d'or.

Le parquet national financier doit décider dans les prochains jours s'il ouvre une enquête préliminaire. 

La Haute autorité pour la transparence de la vie publique a été créée en 2013 après l'affaire Cahuzac. Elle est chargée d'éplucher et de contrôler les déclarations de patrimoine des élus, des membres du gouvernement, des collaborateurs et des dirigeants d'organismes publics.

Une déclaration fausse ou mensongère auprès de la HATVP est passible de 45.000 euros d'amende, 3 ans de prison et 10 ans d'inéligibilité.

Article rédigé par Jean-Michel Decugis (@jmdecugis) et Sophie Neumayer - Crédit photo Reuters