Police – Publié le 11 mars à 20:31 – Mis à jour le 12 mars 2016 à 14:45

Paris : Rumeur d'attentats infondée après une "sur-interprétation" de la préfecture de police

Paris : Rumeur d'attentats infondée après une "sur-interprétation" de la préfecture de police «
Play

​Cuba et l'Union Européenne signent un a...

»
Play

Hausse du nombre de victimes de la route...

Paris : Rumeur d'attentats infondée après une "sur-interprétation" de la préfecture de police

Selon nos informations, l'interpellation cette semaine de quatre adolescentes ayant évoqué un vague projet d'attentat ciblant la capitale est à l'origine d'un cafouillage au sein de la préfecture de police de Paris. Une fuite aurait entraîné une psychose infondée.

Quand une note interne sème la panique. Des rumeurs d’alerte aux attentats dans le nord de Paris circulent depuis plusieurs heures sur les réseaux sociaux et par SMS. Selon nos informations, il s’agit d’une sur-interprétation d’une note interne de la préfecture de police de Paris (PP) relative à l’interpellation de quatre mineures.

Ces dernières, qui ne se connaissaient pas et habitent aux quatre coins de la France, auraient évoqué de vagues projets d’attentats dans des supermarchés et des salles de concert du nord de la capitale, lors de conversations sur Facebook.

Ces quatre jeunes filles ont été interpellées cette semaine suite à un signalement de la DGSI. Deux d'entre elles ont été déférées en vue d’être placées dans un processus de déradicalisation. Les deux autres ont été relâchées.

"Sur-interprétation"

Ces arrestations ont donné suite à une note interne de la PP appelant à la vigilance sur les centres commerciaux et supermarchés. Cette note diffusée auprès des responsables des zones mentionnées aurait fuité, créant, par "effet boule de neige", un état de panique.

Une "sur-interprétation" du danger de la part de la préfecture de police qui n'aurait pas, dans les faits, augmenté ses effectifs dans les zones visées. Selon nos informations, un telex aurait ensuite été diffusé aux forces de sécurité, nuançant que le risque d’attentat n'était pas plus élevé que depuis les attentats du 13 novembre.*

Joint par iTELE samedi, la préfecture de police indique qu'elle ne "commentera pas une note interne à simple vocation opérationnelle et de précaution qui n'a aucunement à être publique". Et d'ajouter, en renvoyant à son tweet du jour : "que les informations officielles sont diffusées via les réseaux sociaux et sites officiels de la PP".

L'Ile-de-France reste néanmoins maintenue au niveau "alerte attentat", dans le cadre du plan Vigipirate, ce qui garantit une protection minimale permanente dans tous les secteurs d'activité sensibles.

Rédaction web d'iTELE - Photo : iTELE