France – Publié le 27 mars à 17:21 – Mis à jour le 27 mars 2016 à 17:59

Le Marineland d'Antibes assigné en justice pour maltraitance

Le Marineland d'Antibes assigné en justice pour maltraitance «
Play

Perturbations Place de la Bourse : un ho...

»
Play

​Le pape François s'engage en faveur de...

Le Marineland d'Antibes assigné en justice pour maltraitance

Une association écologiste a assigné le plus grand parc d'attractions marin d'Europe, situé à Antibes, pour "maltraitance animale" et "pollution volontaire".

À l'origine de cette assignation devant le tribunal correctionnel : l'ONG Sea Shepherd, spécialisée dans la défense des océans et connue pour certaines de ses actions coup de poing. Son fondateur, Paul Watson, s'explique :

Nous sommes contre le maintien d'orques en captivité car ce n'est tout simplement pas leur place.

En plus de dénoncer les conditions dans lesquelles les animaux vivent, Sea Shepherd s'en prend à la façon dont Marineland a géré les dommages consécutifs aux inondations d'octobre qui ont ravagé la Côte d'Azur, causant la mort de vingt personnes. De nombreux animaux appartenant du parc avaient aussi perdu la vie pendant et après cette catastrophe.

Une manifestation contre Marineland

L'annonce de Sea Shepherd précédait une manifestation devant Marineland, à Antibes, ce dimanche après-midi. Quelque 250 personnes étaient présentes d'après la police, entre 300 et 400 selon France Bleu Azur.  

Outre leur dénonciation des conditions de vie des animaux captifs, les manifestants ont déployé une banderole invitant la direction à débattre de ces sujets. Dans un communiqué, Marineland a contesté ces accusations de maltraitance, assurant que "les conditions de bien­-être des mammifères marins sont soigneusement et strictement contrôlées par plusieurs organisations et réglementations européennes et internationales". Marineland, qui explique ne pas avoir connaissance de l'assignation en justice de Sea Shepherd, souligne que sa "mission première est le bien-être et la santé de ses animaux". Tout en s'en prenant aux défenseurs de la cause animale :

Défendre la cause animale ne doit pas se limiter à l'attaque facile contre les delphinariums et ne peut se faire sans une approche attentive et documentée de la situation.

Des hydrocarbures dans les bassins des orques

Après cinq mois de travaux post-inondations, Marineland avait ouvert ses portes au public lundi dans un contexte tendu. Une enquête préliminaire a été ouverte après une plainte déposée par trois associations, dont "C'est Assez !", pour "actes de cruauté envers les animaux". Le nouveau directeur du Marineland d'Antibes, Arnaud Palu, s'était défendu au micro d'iTELE : 

Avoir ces animaux dans cet environnement permet à nos visiteurs de toucher du doigt, de sentir un peu mieux ces animaux. Donc d'en avoir bien plus conscience.

Marineland : Réouverture polémique après les... par ITELE

Les critiques contre Marineland se multiplient. Déjà en octobre 2015, la mort d'une orque de 19 ans avait atteint l'image du parc. Dans une tribune, l'ancien soigneur du cétacé avait accusé Marineland d'être responsable de son décès. Il affirmait que la qualité de l'eau du parc "était si mauvaise" que le traitement de l'orque "requérait les antibiotiques les plus lourds". Le même mois, la directrice de la Direction départementale de la protection des populations, Sophie Béranger-Chervet, assurait à Nice-matin que les bassins des orques avaient été contaminés par des hydrocarbures après les inondations :

Le soir des inondations, le bassin a été submergé par une vague. Elle était chargée de matières polluantes, vraisemblablement du gasoil, qui venait d’on ne sait où. 

L'association Sea Shepherd a précisé qu'une audience avec Marineland aura lieu en septembre prochain. 

Article rédigé par Raphaël Badache (avec AFP) - Photo iTELE d'une manifesation contre Marineland