Disparition – Publié le 18 janvier à 23:07 – Mis à jour le 19 janvier 2016 à 06:41

L'écrivain Michel Tournier est décédé à l'âge de 91 ans

L'écrivain Michel Tournier est décédé à l'âge de 91 ans «
Play

Washington demande à la Birmanie de libé...

»
Play

Mort d’Amine Bentounsi : chronique de l'...

Michel Tournier, l'un des grands auteurs français de la seconde moitié du XXe siècle, s'est éteint lundi à son domicile. L'homme âgé de 91 ans était notamment l'auteur de "Vendredi ou les limbes du Pacifique" et du roman "Le roi des Aulnes", pour lequel il a obtenu le Prix Goncourt en 1970.

"Michel Tournier était un grand écrivain, un écrivain européen, dont l'oeuvre a traversé le XXème siècle et marqué l'histoire de la littérature". C'est par ces mots que la présidence de la République a rendu hommage lundi soir à l'auteur français.

La nouvelle de son décès a été annoncée par ses proches. "Il est décédé à 19 heures ce soir", entouré de ses proches, a précisé son filleul, Laurent Feliculis que l'écrivain considérait comme son fils adoptif. Son décès a également été confirmé par le premier adjoint au maire de Choisel.

Né à Paris le 19 décembre 1924 dans une famille marquée par le catholicisme, la musique et la culture allemande, ses parents étant professeurs agrégés d'allemand. Il a passé une partie de son enfance en Allemagne, avant la guerre. Après, il étudie la philosophie. Il ne se remettra vraiment jamais de son échec à l'agrégation et renoncera à enseigner

Les grands mythes de l'humanité en romans

A la croisée des cultures française et allemande, Michel Tournier a revisité, dans son oeuvre de romancier à forte empreinte philosophique, les grands mythes de l'humanité.

Cité plusieurs fois pour le Nobel et connu dans une bonne partie du monde, Michel Tournier était aussi un passionné de photographie et un important auteur pour la jeunesse.

Il a 43 ans quand il débute avec "Vendredi ou les limbes du Pacifique", un coup de maître. Grand prix 1967 de l'Académie française, ce récit d'aventures autour de Robinson se vendra à cinq millions d'exemplaires.

Avec "Le Roi des Aulnes", paru en 1970, l'écrivain, qui affirmait ne pas être "un littéraire d'origine", s'empare encore d'un mythe pour réaliser le passage de la métaphysique au roman. Il raconte l'histoire (reprise de Goethe) d'un ogre en Prusse orientale qui consomme de la chair humaine, séduit la jeunesse et la jette dans la guerre. Comme par exemple Hitler. Le roman, porté à l'écran par Volker Schloendorff en 1996, est le seul à avoir été choisi à l'unanimité des jurés pour le Goncourt.

Sa troisième fiction, encore un très grand texte, "Les Météores" (1975), traite de sa fascination pour la gémellité. En 1979, il est élu "écrivain de la décennie" par la presse littéraire française. Et devient un classique.

Rédaction web d'iTELE avec AFP - Photo DR