Tennis – Publié le 07 mars à 23:05 – Mis à jour le 08 mars 2016 à 09:41

Dopage: Maria Sharapova contrôlée positive à Melbourne

Dopage: Maria Sharapova contrôlée positive à Melbourne «
Play

Centrafrique : au moins 10 morts suite a...

»
Play

Handicap International s'alarme des rava...

La joueuse de tennis russe Maria Sharapova ​a annoncé lundi qu'elle avait fait l'objet, à l'Open d'Australie, d'un contrôle antidopage positif résultant de la prise d'un médicament, le meldonium, apparu en janvier 2016 sur la liste des produits prohibés et au coeur de plusieurs affaires retentissantes.

L'ancienne numéro 1 mondiale a déclaré lors d'une conférence de presse: 

Depuis dix ans, je prends un médicament sur prescription de mon médecin de famille (...), ce médicament n'était pas sur la liste des produits prohibés par l'Agence mondiale antidopage, mais le règlement a changé le 1er janvier dernier et ce médicament est devenu un produit prohibé, ce que je ne savais pas

La joueuse a déclaré avoir "fait une énorme erreur" et espère pouvoir "rejouer" au tennis:

J'ai fait une énorme erreur, j'ai déçu mes supporteurs, j'ai laissé tomber mon sport, je sais que je m'expose à des conséquences, mais je ne veux pas finir ma carrière de cette façon et j'espère que je vais avoir la chance de rejouer.

Maria Sharapova n'a pas rejeté la faute sur son médecin ou sur tout autre membre de son entourage. "Je suis pleinement responsable, j'ai fait une énorme erreur, j'ai reçu un mail de l'Agence mondiale antidopage fin décembre et je n'ai pas contrôlé la liste pour voir si ce médicament figurait maintenant sur la liste des produits prohibés", a-t-elle admis.

Nike lâche la joueuse, suspendue à titre provisoire

L'équipementier sportif américain Nike a immédiatement réagit en rompant ses liens avec Maria Sharapova. La joueuse est l'une des ambassadrices les plus populaires de la marque à la virgule, pour laquelle elle apparaît dans de nombreuses campagnes publicitaires et fait la souvent la une des spots lors des tournois majeurs de tennis.

KeJuan Wilkins, un porte-parole, un porte-parole de la marque, a expliqué :

Nous sommes attristés et surpris par l'information concernant Maria Sharapova. "Nous avons décidé de suspendre notre relation avec Maria le temps de l'enquête. Nous allons continuer à surveiller de près (le développement) de la situation.

Après la peine économique, la peine sportive : la Fédération internationale de tennis a annoncé quelques minutes après la fin de cette conférence de presse que Sharapova était "suspendue à titre provisoire à partir du 12 mars en attendant le déroulement de la procédure".

A court-terme, cette suspension ne change pas le programme de Sharapova: la 7e joueuse mondiale a déclaré forfait pour le tournoi d'Indian Wells qui commence mercredi.

Elle n'est plus apparue sur le circuit depuis l'Open d'Australie justement où elle s'était inclinée en quarts de finale face à sa grande rivale, l'Américaine Serena Williams.

"Je sais que je m'expose à des conséquences, mais je ne veux pas finir ma carrière de cette façon", a-t-elle reconnu.

Le meldonium au coeur de plusieurs affaires

Le médicament en question, le meldonium, est destiné à traiter des problèmes relatifs au diabète, a précisé la joueuse. Principalement utilisé dans la prévention des infarctus, il est classé parmi les hormones et modulateurs métaboliques (groupe S4) depuis le 1er janvier 2016.

Le meldonium, mis au point dans les années 1970 dans l'ex-URSS, agite depuis plusieurs semaines les autorités antidopage: la Suédoise Abeba Aregawi, championne du monde 2013 du 1500 m (athlétisme), le couple russe Ekaterina Bobrova (patinage artistique), la biathlète ukrainienne Olga Abramova, le coureur de la formation cycliste russe Katusha Edouard Vorganov ont tous été contrôlé positifs à cette substance.

Article rédigé par la rédaction web iTELE