Piratage informatique – Publié le 11 mars à 17:23 – Mis à jour le 11 mars 2016 à 17:34

Une faute d’orthographe sauve 1 milliard de dollars au Bangladesh

Une faute d’orthographe sauve 1 milliard de dollars au Bangladesh «
Play

​Centre de déradicalisation : le projet...

»
Play

Loi Travail: Les deux tiers des Français...

Une faute d’orthographe sauve 1 milliard de dollars au Bangladesh

​Une faute d’orthographe, sur un ordre de virement de la banque Centrale du Bangladesh, a permis au pays d’éviter le piratage de près d’un milliard de dollars (un peu plus de 900 millions d’euros) début février.

Le piratage a eu lieu entre le vendredi 4 et le samedi 5 février. Pendant la nuit, des cyberpirates se sont introduits dans le système informatique de la Banque Centrale du Bangladesh pour y voler des données nécessaires pour des transferts de paiements. Après avoir récupéré ces informations, les faussaires ont bombardé la Banque de Réserve Fédérale (FED), basée à New York, de plus d’une trentaine de demande de virements de la Banque Centrale bengali vers des entités privés ou des ONG aux Philippines et au Sri Lanka.

Un contrôle de routine change la donne

Quatre virements, représentants environ 81 millions de dollars, ont réussi à passer entre les mailles du filet et à être envoyés vers les Philippines. Un cinquième, de plus de 20 millions de dollars, a dû être bloqué en raison d’une faute d’orthographe dans le nom du destinataire, une ONG appelée Shalika Foundation.

Le nom mal orthographié "Shalika Fandation" a provoqué une vérification, normale dans ce genre de cas, par une des banques de routage, en l’occurrence la Deutsche Bank. La banque allemande a alors demandé une clarification à la Banque Centrale du Bangladesh, laquelle a pu faire annuler la transaction.

Les nombreuses demandes de virements et d’instructions de paiements ont suscité la méfiance de la FED, qui s’est empressée de prévenir la Banque Centrale du Bangladesh. En effet, la Banque bengali détient des milliards de dollars sur un compte à la FED de New York, qu'elle utilise pour des règlements internationaux.

Une partie des 81 millions de dollars volatilisée

Grâce à son intervention, la FED a permis à la Banque Centrale du Bangladesh d’annuler des transactions représentant un total de 850 à 870 millions de dollars.

La Banque bengali affirme avoir réussi à récupérer une partie des 81 millions de dollars envoyés par les cyberpirates vers le Sri Lanka. Elle continue à travailler avec les autorités philippines pour tenter de retrouver le reste de la somme. Il semblerait que l’argent volé ait été redirigé vers des casinos philippins.

Après cette affaire, le gouvernement bengali n’exclut pas de porter plainte contre l’institution pour récupérer la somme manquante. Pour le ministre des Finances Abul Maal Abdul Muhith, "la FED doit assumer sa responsabilité."

Article rédigé par la rédaction WEB d'iTÉLÉ - Image AFP