Etats-Unis – Publié le 22 janvier à 07:29 – Mis à jour le 22 janvier 2016 à 08:10

Un policier condamné à 263 ans de prison pour des viols à l'encontre de femmes noires

Un policier condamné à 263 ans de prison pour des viols à l'encontre de femmes noires «
Play

Les Français ont retiré 9,3 milliards d'...

»
Play

Les classes bilangues seront en grande p...

Un policier condamné à 263 ans de prison pour des viols à l'encontre de femmes noires

Un policier américain a été condamné, jeudi, à 263 années de prison pour avoir violé et abusé sexuellement plusieurs femmes noires dans l'exercice de ses fonctions.

Daniel Holtzclaw, un ex-policier d'Oklahoma City, a été jugé coupable de 18 chefs d'accusation sur 36, notamment de viol et sodomie forcée, d'après des documents consultés sur le site d'informations judiciaires de l'Oklahoma. Treize femmes ont témoigné lors du procès. "C'est ainsi. Ce n'est pas une surprise", a commenté son avocat Scott Adams auprès des médias à la sortie du tribunal.

"Usage excessif et illégal de la force"

M. Holtzclaw était poursuivi à la fois par les procureurs de l'Oklahoma et par plusieurs victimes afro-américaines, dont Jannie Ligons et Demetria Campbell. Cette dernière a porté plainte en septembre 2015 et avait expliqué qu'elle avait été "attrapée et traînée vers un bâtiment" par M. Holtzclaw le 5 novembre 2013 pendant qu'elle se rendait dans un restaurant pour acheter un repas pour sa fille hospitalisée. M. Holtzclaw l'avait alors "frappée la tête contre un mur en briques, l'avait giflée, menottée, attouchée à l'entrejambe par derrière", entre autres.

La plainte en nom collectif menée par Mme Ligons affirmait quant à elle que l'ex-policier avait "fait un usage excessif et illégal de la force" que lui procure son statut d'agent de police, et qu'il avait d'une façon systématique visé "des femmes d'âge moyen afro-américaine qu'il estimait vulnérables" pour les violer, leur causant "d'extrêmes souffrances mentales et émotionnelles".

Daniel Holtzclaw, un ex-policier d'Oklahoma City, ciblait exclusivement des victimes afro-américaines. (Photo : capture d'écran YouTube.)

Rédaction web d'iTELE avec AFP / Crédit photo : AP