Monde – Publié le 18 février à 12:58 – Mis à jour le 18 février 2015 à 13:54

Un Canadien invente une crème pour effacer les tatouages

Un Canadien invente une crème pour effacer les tatouages «
Play

217 usines ont fermé leurs portes en Fra...

»
Play

Une nouvelle bavure policière touche la...

Un Canadien invente une crème pour effacer les tatouages

Un étudiant a développé une crème qui serait capable d'effacer les tatouages en utilisant les réactions immunitaires du corps humain. Une solution sans douleur et bon marché.

Bientôt finis les tatouages que l'on garde ad vitam aeternam ou dont on se débarrasse à coups de douloureuses et coûteuses séances de laser? C'est la piste prometteuse explorée par Alec Falkenham, un doctorant canadien de l'université Dalhousie à Halifax.

Cet étudiant du département de pathologie travaille actuellement sur une crème capable d'effacer l'encre incrustée sous la peau, en utilisant tout simplement le système immunitaire du corps humain. 

Que se passe-il- exactement lors d'un tatouage? L'encre injectée sous la peau stimule une réponse immunitaire : des cellules appelées "macrophages" migrent alors vers la zone tatouée pour absorber les corps étrangers et les éliminer par le système lymphatique. Mais certaines de ces cellules se fixent sur place, gorgées d'encre et deviennent inactives, ce qui permet alors au tatouage de rester visible. D'autres macrophages prennent le relais avec le temps, ce qui explique que les tatouages s'affadissent au fil des années.

Une crème stimulant les défenses immunitaires

C'est précisément sur les macrophages qu'Alec Falkenham s'est focalisé. Sa crème vise à stimuler les macrophages mangeurs d'encre afin d'éliminer les pigments, et donc faire disparaître le tatouage. Une solution non-invasive, indolore et garantie sans cicatrices, contrairement aux traitements actuels au laser :

Nous ne visons pas les cellules normales de la peau, donc il n'y aura pas beaucoup d'inflammation. En fait, en se basant sur le procédé que nous utilisons actuellement, nous pensons même qu'il n'y aura pas d'inflammation du tout et que cela pourrait même être anti-inflammatoire

Autre argument de poids : le prix. L'étudiant estime ainsi que le coût du traitement d'une zone de 10 centimètres sur 10 centimètres s'élèverait à 4.5 dollars.

Les premières recherches ont selon l'université montré "d'excellents résultats", et le doctorant continue son étude afin de permettre une future mise sur le marché. Pour le moment, il ne sait pas encore combien d'applications seront nécessaires pour effacer définitivement un tatouage. Selon le site Guizmodo, une phase de test est actuellement en cours sur des cochons aux oreilles tatouées. Quoi qu'il en soit, Alec Falkenham est dès lors considéré comme un "pionnier" dans le monde du tatouage.

Crédits photo : une séance de tatouage (crédits : Flickr via CC)

Article rédigé par la rédaction web iTELE