Syrie – Publié le 17 janvier à 10:46 – Mis à jour le 17 janvier 2016 à 11:24

Syrie : l'EI a massacré et enlevé des centaines de civils à Deir Ezzor

Syrie : l'EI a massacré et enlevé des centaines de civils à Deir Ezzor «
Play

Allemagne : vaste opération policière à...

»
Play

7.000 migrants invités à Rome pour assis...

Syrie : l'EI a massacré et enlevé des centaines de civils à Deir Ezzor

Au moins 400 civils ont été enlevés ce week-end par l'organisation dans des secteurs autour de cette ville de l'est de la Syrie. Dans leur offensive, ils auraient exécuté au moins une centaine de civils.

Le bilan pourrait être l'un des plus élevés pour une seule journée depuis le début de la guerre civile, déclenchée en mars 2011. Le groupe État islamique a tué ce samedi au moins 135 personnes dans un assaut dans les environs de Deir Ezzor, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). L'ONG ajoute ce dimanche que l'organisation djihadiste a également enlevé au moins 400 civils, dont des femmes et des enfants.

Son directeur, Rami Abdel Rahmane, a indiqué que les 400 civils avaient été enlevés à Al-Bgheliyeh, banlieue proche de Deir Ezzor (est) et dans d'autres secteurs alentours, avant d'être emmenés vers d'autres régions contrôlées par l'EI.

135 à 300 civils tués par les djihadistes

Dans son offensive d'envergure lancée sur plusieurs secteurs de la ville de Deir Ezzor, l'EI a pris le contrôle d'Al-Bgheliyeh (nord-est), où ses hommes ont tué au moins 85 civils et 50 combattants prorégime, la plupart exécutés, selon l'OSDH.

L'agence de presse officielle syrienne Sana, dont le siège est basé à Damas, citant des habitants, dénonce un "massacre" et parle de "300 civils tués".

Le Premier ministre Wael al-Halaqi a condamné une attaque "barbare et lâche". Il a ajouté que "la responsabilité légale et morale dans ce massacre commis par l'EI reposait sur les épaules de tous les pays qui supportent et financent le terrorisme".

Emmenés dans d'autres régions sous contrôle de l'EI

Parmi les personnes enlevées, toutes de confession musulmane sunnite comme l'EI, "figurent des femmes, des enfants, des familles ainsi que des combattants pro-régime", a-t-il précisé. Elles ont été emmenées vers d'autres régions sous contrôle des djihadistes dans l'ouest de la province du même nom ainsi que dans la province voisine de Raqqa, a ajouté le chef de l'OSDH.

Selon l'OSDH, l'offensive a permis à l'organisation djihadiste d'avancer dans le nord de la ville de Deir Ezzor et d'en contrôler environ 60%.

Ce dimanche matin, des combats intermittents opposaient les forces du régime à l'EI dans le nord-ouest de la ville, alors que la banlieue d'Al-Bgheliyeh a été la cible de raids aériens nocturnes de l'aviation de la Russie, alliée du régime, selon l'OSDH.

Le régime contrôle toujours des portions de Deir Ezzor ainsi qu'un aéroport militaire à proximité, malgré les attaques répétées de l'EI.

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE (avec AFP) - Photo d'illustration : Un quartier en ruines de Deir Ezzor en mars 2013 (Khalil Ashawi / Reuters)