Environnement – Publié le 15 mars à 19:48 – Mis à jour le 15 mars 2016 à 20:19

Près d’un quart des décès dans le monde sont liés à l’environnement

Près d’un quart des décès dans le monde sont liés à l’environnement «
Play

Yémen: 41 morts dans des raids de la coa...

»
Play

Au coeur de la primaire des Républicains...

Près d’un quart des décès dans le monde sont liés à l’environnement

Plus de 12 millions de personnes sont mortes en 2012 à cause de facteurs environnementaux, selon un rapport de l’OMS publié ce mercredi 15 mars. Un phénomène qui touche davantage les pauvres et les enfants.

23% de la mortalité mondiale est liée à l’environnement. Cela représente environ 12,6 millions de personnes décédées d’avoir vécu ou travaillé dans un « environnement insalubre », selon un rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) paru ce mercredi 15 mars. 

L’OMS affirme que parmi les facteurs environnementaux responsables de la mort d’individus, la pollution de l’air (comprenant l’exposition au tabagisme passif) est la cause de maladies responsables 8,2 millions de morts. En tout, les facteurs environnementaux « contribuent à la survenue de plus de 100 maladies ou traumatismes ».

Parmi ces dernières, les AVC constituent la première cause de mortalité due à l’environnement (principalement la pollution de l’air), responsables de 2,5 millions de morts en 2012. Viennent ensuite la cardiopathie ischémique (insuffisance coronarienne), le cancer, les pneumopathies chroniques, les diarrhées, les infections respiratoires…

L’avènement des « maladies non transmissibles »

Outre la pollution de l’air, ces maladies peuvent être déclenchées par le manque d’eau, un défaut d’assainissement, les radiations (ultraviolets ou ionisantes), le bruit dans les communautés, les pratiques agricoles (usage de pesticides, recyclage des eaux usées), le changement climatique, ou encore les constructions dans l’environnement.

Dans son rapport, l’OMS pointe une tendance à la baisse du nombre de décès entraînés par des maladies infectieuses, telles que les maladies diarrhéiques et le paludisme, conséquence de l’amélioration générale de l’accès à l’eau potable et aux moyens d’assainissement, ainsi que d’un meilleur accès à la vaccination.

Les pauvres sont les plus touchés

3,8 millions de morts dans la région de l’Asie du Sud Est, 3,5 millions dans le Pacifique occidental, 2,2 dans la région africaine. « Si l’on considère l’ensemble des maladies et des traumatismes, ce sont les pays à revenu faible ou intermédiaire qui supportent la plus forte charge d’origine environnementale », indique l’OMS. Dans les régions de l’Asie du Sud-Est et du Pacifique occidental, la plupart des décès est attribuable à la pollution de l’air.

Parmi la totalité des décès, 1,7 millions concernent des enfants de moins de 5 ans. Ils sont principalement causés par des infections respiratoires basses et des maladies diarrhéiques.

En général, les hommes sont « légèrement plus touchés du fait des risques professionnels et des traumatismes », indique l’Organisation. Les femmes, quant à elles, « sont le plus exposées aux risques liés à l’environnement traditionnel, comme la fumée provenant des combustibles solides pour cuisiner ou le transport de l’eau ».

Matthieu Beigbeder - Photo : La Tour Eiffel depuis l'est parisien en juillet 2008 (crédits : ILJR/Wikimedia Commons)