Brésil – Publié le 09 octobre à 22:25 – Mis à jour le 10 octobre 2014 à 23:12

Le terrain de football d'une favela de Rio éclairé par... l'énergie des joueurs

Le terrain de football d'une favela de Rio éclairé par... l'énergie des joueurs «
Play

L'Homme peignait aussi les grottes en As...

»
Play

Amazon s'apprêterait à ouvrir un premier...

Le terrain de football d'une favela de Rio éclairé par... l'énergie des joueurs

Une favela de Rio de Janeiro (Brésil) a doté l'un de ses stades d'un éclairage bien particulier puisqu'il puise son électricité dans le mouvement des joueurs évoluant sur la pelouse artificielle. Un procédé unique au monde.

Le 10 septembre dernier, quelle ne fut pas la surprise de dizaines d'enfants brésiliens qui jouaient au football lorsqu'ils aperçurent "le Roi Pelé" en personne (photo ci-dessous), venu inaugurer leur nouveau terrain de la favela de Mineira (Rio de Janeiro). La présence de l'idole du pays pour ce type d'événement mineur a de quoi surprendre et pourtant, l'ancienne gloire de la Seleçao a fait le déplacement car le stade en question est un bijou de technologie, unique au monde.

La minuscule enceinte perchée sur les hauteurs de Rio et dédiée au football de rue, la spécialité des Cariocas, représente une révolution dans le petit monde du ballon rond. Les projecteurs qui éclairent la pelouse fonctionnent en effet grâce aux déplacements des joueurs. Ces derniers peuvent donc jouer les prolongations même quand la lumière du jour ne le permet plus.

Des matériaux recyclables

Ce système d'éclairage novateur résulte de plaques cinétiques, incrustées dans les carrés de pelouse artificielle, qui transforment le mouvement des joueurs en électricité. Une technologie inédite conçue et développée par une entreprise britannique du nom de Pavegen, dont les "lumières" ont déjà été utilisées lors des Jeux olympiques de Londres, mais aussi dans l'un des terminaux de l'aéroport londonien d'Heathrow. Ce dispositif, composé à 80% par des matériaux recyclables, génère ainsi suffisamment d'énergie pour alimenter les 6 projecteurs qui ornent le complexe footballistique.

Un tarif encore excessif

Décidée à l'unanimité par un vote populaire, la construction du stade n'a pas coûté un centime à la population locale, laquelle doit néanmoins débourser la bagatelle de 2,5 euros par personne et pour 1h de jeu, ce qui représente une somme pour les habitants de ce quartier aux revenus modestes.

Bien que le tarif risque de refroidir même les plus passionnés, il est évident que la fiabilité de ce type de technologie offre de nouvelles perspectives dans l'optique de futures infrastructures urbaines.

Une fois n'est pas coutume, la lumière est venue de la technologie..et non pas de Laurent Blanc.

Mathieu D'Hondt (@DHondtMathieu) - (Crédit photo : © AFP / Anacaona Editions)