Polémique – Publié le 11 janvier à 13:57 – Mis à jour le 11 janvier 2016 à 14:24

Le PSG veut faire interdire le clip "Borders" de M.I.A

Le PSG veut faire interdire le clip "Borders" de M.I.A «
Play

Industrie : louer une usine comme une ch...

»
Play

Marseille : un mineur attaque un enseign...

Le PSG veut faire interdire le clip "Borders" de M.I.A

Le club de la capitale a adressé une lettre à la chanteuse M.I.A en lui demandant de retirer son clip, dans lequel elle détourne "Fly Emirates" en "Fly Pirates".

Le Paris SG a réclamé à la chanteuse M.I.A. le retrait des images la montrant vêtue d'un maillot détourné du club, dans le clip de sa chanson "Borders", a indiqué l'artiste sur son compte Twitter.

"Il y a donc une affaire M.I.A. contre Paris SG", a ironisé la chanteuse sur son compte Twitter, peu après avoir publié la longue lettre émanant du club parisien, signée par son directeur général Jean-Claude Blanc et datée du 14 décembre.

"Un préjudice d'image" 

"En nous causant un préjudice d'image, vous avez indûment pris avantage de la considérable réputation de notre club", y écrit Jean-Claude Blanc, "vos actions sont en conséquence à l'origine d'un préjudice économique et d'image".

Le préjudice ? L'une des tenues portées par M.I.A. est un maillot du PSG dont le sponsor  Fly Emirates, compagnie aérienne de Dubaï, est remplacé par "Fly Pirates".

"Nous vous demandons formellement, dans les 24 heures suivant la réception de cette lettre, de mettre un terme à la diffusion sur tout support des images montrant le maillot du Paris SG dans le clip Borders ou dans tout autre clip, de cesser d'utiliser notre image et marque sans notre autorisation, de compenser le tort que vous nous avez occasionné", écrit encore le directeur général du Paris SG.

Nous nous réservons le droit de rechercher les moyens judiciaires disponibles pour réparer le préjudice déjà subi et à venir, et nous nous réservons le droit d'entamer toute procédure, y compris judiciaire, si besoin, pour défendre nos intérêts.

La chanteuse a répondu en publiant sur son compte une capture d'écran de son clip, où elle apparaît vêtue d'un maillot du club parisien dont le sponsor, la compagnie aérienne Fly Emirates, a été détourné en "Fly Pirates".

Un clip engagé sur les réfugiés

Dans cette chanson, qu'elle a elle-même mis en scène, M.I.A, Britannique d'origine sri lankaise, dénonce le sort des réfugiés qui arrivent aux portes de l'Europe.

"Les frontières, les politiques, les tirs de police, les identités, vos privilèges, les gens brisés, les gens sur des bateaux, la réalité, le nouveau monde. Qu’est-ce qui se passe avec ça ?". Sur les images, on aperçoit des migrants arrivant en bateau, qui grimpent sur des barbelés.

"Nous considérons que l'utilisation de notre marque et image dans un clip dénonçant le traitement des réfugiés est une source de discrédit pour notre club et fausse notre politique de communication publique", explique Jean-Claude Blanc dans sa lettre.

La chanteuse, qui ne compte pas supprimer son clip, a gagné de nombreux soutiens, qu'elle a partagés sur son compte Twitter.

Rédaction web d'iTELE avec AFP