Energie – Publié le 02 novembre à 12:06 – Mis à jour le 03 novembre 2015 à 09:52

Le Maroc va construire la plus grande centrale solaire à miroirs du monde

Le Maroc va construire la plus grande centrale solaire à miroirs du monde «
Play

A un mois de la COP 21, F. Hollande est...

»
Play

En Syrie, des civils placés en cage et u...

Le Maroc va construire la plus grande centrale solaire à miroirs du monde

Le royaume va inaugurer à Ouarzazate, "la porte du désert", la première phase du chantier du plus grand parc solaire thermodynamique de la planète. Ses milliers de miroirs incurvés offriront l'énergie nécessaire à près d'un million de foyers marocains d'ici 2020.

Située près des contreforts du massif de l'Atlas et aux portes du Sahara, le plus vaste désert du monde et source intarissable de soleil, la ville de Ouarzazate est le symbole des ambitions du Maroc en matière d'énergies renouvelables.

C'est ici que devrait fonctionner dans quelques années l'un des plus vastes parcs solaires de la planète. Dans l'état actuel des différents projets dans le monde, la ministre de l'Environnement Hakima el-Haite "pense que c'est la plus importante centrale centrale du monde",  rapporte le Guardian.

Un coût de neuf milliards de dollars

Ce projet pharaonique nécessitant neuf milliards de dollars d'investissements, financés en partie par des fonds de la Banque européenne d'investissement et la Banque mondiale, est une  centrale solaire thermique à concentration. En d'autres termes, pas de panneaux photovoltaïques mais de grands miroirs qui concentrent les rayons du soleil en un point pour chauffer un liquide dont le jet sous pression actionnera des turbines.

Une fois achevé, le complexe, composé de quatre centrales, produira 580 mégawatts d'électricité : de quoi alimenter un million de foyers marocains chaque année. À l'horizon 2020, le parc géant fournira 40% de la production nationale d'énergies renouvelables. Actuellement,  la plus puissante centrale au monde est celle d'Ivanpah (400 MW), dans le désert des Mojaves (Californie). Elle produit de l'énergie depuis février 2014 et s'étend sur 14 kilomètres carrés.

La première des centrales à Ouarzazate, Noor 1, aura une puissance de 160 MW, sa mise en service devrait avoir lieu en novembre, après deux ans et demi de travaux. Les numéros 2 et 3 devraient entrer en service en 2017. Ces deux dernières seront même capables de stocker de l'énergie pendant huit heures, rendant possible une alimentation des villes pendant la nuit.

Un complexe aussi vaste que Rabat

Réunies, les quatre centrales occuperont au sol une surface aussi grande que la capitale nationale Rabat. Celle de Noor 1 s'étend sur 25 kilomètres carrés, et dispose de 500.000 miroirs incurvés de 12 mètres de haut, disposés sur 800 rangées.

Vitrine nationale, la centrale de Ouarzarate est également un pas vers une meilleure indépendance énergétique du pays.  D'après les dernières données de la Banque mondiale, le royaume chérifien est obligé d'importer 91% de sa consommation d'énergie. Cette situation a chaque année de "grandes conséquences" sur le budget de l'État, a rappelé la ministre Hakima el-Haite.

À plus long terme, le pays se rêve même en puissance exportatrice, la  Société d'Investissement Énergétique (établissement public) planifie des lignes à haute tension en direction du sud du pays, puis vers la Mauritanie voisine, la Tunisie ou vers des destinations de l'autre rive de la Méditerranée.

En 2014, le Maroc avait déjà inauguré le plus grand parc éolien du continent africain (130 turbines), à Tarfaya.

Cette année, dans le Golfe, l'Arabie saoudite présentait ses propres ambitions pour le solaire : un plan de 100 milliards de dollars pour construire l'équivalent de 41 gigawatts de panneaux photovoltaïques en plein désert.

Article rédigé par Guillaume Jacquot (@Algdelest) - Les panneaux pourraient être similaires aux miroirs incurvés de la centrale de Solana, en Arizona (crédit : DR)