Turquie – Publié le 18 février à 11:49 – Mis à jour le 18 février 2016 à 15:46

​La Turquie accuse les partis rebelles kurdes après l’attaque d’Ankara

​La Turquie accuse les partis rebelles kurdes après l’attaque d’Ankara «
Play

En prison "les femmes ne bénéficient pas...

»
Play

Affaire de la sextape : Contrôle judicia...

Le Premier ministre turc Ahmet Davutoğlu a affirmé ce jeudi que l'attentat à la voiture piégée qui a tué 28 personnes la veille à Ankara avait été planifié par le Parti des travailleurs du Kurdistan et les YPG.

Ahmet Davutoğlu, le Premier ministre truc, en est certain. Il affirme ce jeudi avoir des éléments montrant que des responsables kurdes liés au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et au Unités de protection du peuple (YPG) sont responsables de l’attaque à la voiture piégé qui a fait 28 morts.

Ahmet Davutoglu a déclaré lors d’une conférence de presse :

L'attaque terroriste a été commise par des éléments de l'organisation terroriste (PKK) en Turquie et un milicien des YPG qui s'est infiltré en Turquie. "Le nom de l'auteur de l'attentat est Salih Necar. Il est né en 1992 dans la ville d'Amouda, dans le nord de la Syrie (...). L'organisation terroriste et les YPG ont conjointement commis cette attaque.

Le principal parti kurde dément toute implication

Des affabulations a estimé Saleh Muslim, le chef du Parti de l'union démocratique (PYD), principale formation kurde en Syrie :

Nous démentons tout implication dans cette attaque (...) et ces accusations sont clairement liées à la tentative d'intervenir en Syrie. Nous n'avons jamais entendu parler de Salih Necar.

Ankara accuse régulièrement les partis kurdes d’être derrière les attentats perpétrés sur le territoire turc. Lors des attentats du 20 octobre, les autorités turques avaient émis l’hypothèse que le PKK soit à l’origine des attaques avant de confirmer qu’il s’agissait de l’Etat islamique.

Depuis samedi, l'artillerie turque bombarde quotidiennement des positions tenues par les YPG, qui ont profité de l'offensive des forces du régime de Damas dans la province d'Alep (nord), appuyées par les raids aériens russes, pour prendre le contrôle de nouveaux territoires proches de la frontière turque.

Autre attaque attribuée au PKK

Parallèlement aux déclarations de Davutoglu, les autorités turques ont révélé ce jeudi matin qu’une autre attaque avait eu lieu dans le sud-est du pays à majorité kurde dans la province de Diyarbakir.

Les services de sécurité ont annoncé qu’au moins 6 soldats avaient été tués dans une attaque jeudi matin à Lice le sud-est de la Turquie à majorité kurde. L’attaque a été, là encore, attribuée par les autorités aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK).

Article rédigé par la rédaction web d'iTélé avec AFP / Crédits photos : Flick Foreign and Commonwealth Office