Corée du Nord – Publié le 07 mars à 10:30 – Mis à jour le 07 mars 2016 à 10:55

La Corée du nord menace les Etats-Unis et la Corée du sud d'une attaque nucléaire préventive

La Corée du nord menace les Etats-Unis et la Corée du sud d'une attaque nucléaire préventive «
Play

​La France accueille 150 réfugiés syrien...

»
Play

Dans le port d'Athènes, la solidarité s'...

La Corée du nord menace les Etats-Unis et la Corée du sud d'une attaque nucléaire préventive

Dans un communiqué officiel, Pyongyang a une nouvelle fois menacé lundi 7 mars les Etats Unis et la Corée du sud de représailles nucléaires s'ils poursuivaient leurs manœuvres de défense sur la péninsule coréenne.

"Une attaque nucléaire préventive au nom de la justice". C'est avec ces mots que la Corée du nord a menacé dimanche 6 mars les Etats-Unis et la Corée du sud de représailles.

Dans sa déclaration, le commandant suprême de l'armée populaire nord-coréenne indique que des frappes "aveugles" pourraient être menées si ces pays maintiennent les manœuvres militaires communes qui débutent lundi 7 mars.

"Guerre nucléaire à visage découvert"

Des manœuvres qui font suite à la décision du Conseil de sécurité des Nations unies de sanctionner les nouveaux essais nucléaires et balistiques menés par Pyongyang. L'agence officielle nord-coréenne KCNA, qui a relayé ce communiqué, indique que le commandant des armées accuse ces exercices sans précédent de "guerre nucléaire à visage découvert".

Ces actions conjointes, baptisées "Key Resolve" et "Foal Eagle", mobilisent 15.000 soldats américains et 300.000 militaires sud-coréens. Une brigade de combat et une escadre emmenées par un porte-avions et des sous-marins à propulsion nucléaire américains ont aussi été envoyés sur la péninsule coréenne. La Commission de la défense nationale de la Corée du Nord s'est dite prête à une contre-offensive totale.

"Des océans de flammes et de cendres"

Une réponse sous forme de menace souvent utilisée par Pyongyang. Vendredi 4 mars déjà, suite aux sanctions votées par le Conseil de sécurité des nations unies et soutenues par Pékin, d'habitude allié de Pyongyang, Kim Jong-Un avait pris position:

Nous devons être toujours prêts à utiliser notre arsenal nucléaire.

Malgré l'affirmation de Séoul et Washington sur l'objectif "défensif" de ces manœuvres qui dureront deux mois, la Commission de défense nord-coréenne déclare:

Toutes les origines de ces provocations seront réduites à des océans de flammes et de cendres en un instant.

Des menaces de représailles qui devraient être renforcées mardi par l'annonce de la Corée du sud qui souhaite de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

Article rédigé par la rédaction web d'iTélé (avec AFP) // Crédits photo: Jung Yeon-Je / AFP // Une femme passe devant un écran de la télévision publique montrant le lancement d'un missile nord-coréen le 4 mars 2016.