Allemagne – Publié le 09 janvier à 19:58 – Mis à jour le 09 janvier 2016 à 22:45

Heurts entre la police et des manifestants d'extrême droite à Cologne

Heurts entre la police et des manifestants d'extrême droite à Cologne «
Play

Un thé de la fraternité à la mosquée d'A...

»
Play

54% des Français considèrent que Christi...

Heurts entre la police et des manifestants d'extrême droite à Cologne

La police allemande a fait usage de canons à eau et de gaz lacrymogène pour disperser samedi après-midi une manifestation organisée par l'extrême droite, à l'appel de Pegida, à Cologne à la suite des agressions sexuelles du Nouvel An.

Les incidents se sont déroulés pendant que le cortège se dirigeait vers le sud de Cologne après que le cortège est parti des abords de la cathédrale où avaient eu lieu les agressions sexuelles contre des femmes pendant la nuit de la Saint-Sylvestre.

Outre quelques affrontements, les manifestants d'extrême droite ont jeté des bouteilles et des pétards sur la police. Les forces de l'ordre, massivement présentes, ont d'abord demandé aux manifestants de quitter les lieux, avant de finalement utiliser des canons à eau et du gaz lacrymogène pour les disperser.

La manifestation était organisée à l'appel du mouvement islamophobe Pegida ("Patriotes européens contre l'islamisation de l'Occident"), un mouvement populiste allemand créé à l'automne 2014 et proche de la mouvance néo-nazie. 

2.000 policiers pour contrôler les dérapages

La manifestation à Cologne a rassemblé environ 1.700 personnes, d'après la police. Près de la moitié des manifestants étaient des hooligans prêts à en découdre, a estimé la police.

Après l'intervention des forces de l'ordre, un porte-parole de Pegida a rapidement demandé à "tous les participants de rentrer à la maison", décrétant officiellement la manifestation terminée.

Face aux partisans de l'extrême droite, plus de 1.300 contre-manifestants s'étaient rassemblés de l'autre côté de la place, criant "Nazis dehors !", tandis que les quelque 2.000 policiers présents maintenaient les deux camps à distance.

Les agressions sexuelles dont de nombreuses femmes ont été victimes le soir du Nouvel An à Cologne ont suscité l'indignation en Allemagne. Parmi les auteurs des violences cette nuit-là figuraient, selon la police, des réfugiés.

Article rédigé par la rédaction d'iTELE - Photo Olivier Berg / AFP