Corée du Nord – Publié le 17 mars à 14:09 – Mis à jour le 17 mars 2016 à 14:40

Barack Obama renforce les sanctions contre la Corée du Nord

Barack Obama renforce les sanctions contre la Corée du Nord «
Play

Feu vert du Sénat à la constitutionnalis...

»
Play

Brésil : Scandale autour d'une écoute té...

Barack Obama renforce les sanctions contre la Corée du Nord

Barack Obama a signé mercredi 16 mars un décret autorisant la mise en œuvre d’un nouveau volet de sanctions contre la Corée du Nord alors que son leader, Kim Jong-un, multiplie les provocations et les menaces contre la communauté internationale.

Barack Obama a signé mercredi 16 mars un décret autorisant la mise en œuvre d’un nouveau volet de sanctions contre la Corée du Nord. Le décret signé par le président des États-Unis inclut à la fois des sanctions votées par l’ONU à la mi-février et des mesures de rétorsion prises par le Congrès américain ces dernières semaines.

Ce nouveau volet de sanctions est probablement le plus dur pris contre la Corée du Nord ces dix dernières années. L’essai nucléaire du 7 janvier et l’envoi d’un satellite Nord-Coréen dans l’espace le 7 février ont contribué à l'alourdissement des sanctions chez les Etats-Unis.

Ces agissements de la Corée du Nord ont été effectué en violations des sanctions déjà prises l’an passé à son encontre, comme l’a noté le porte-parole de la Maison Blanche Josh Earnest :

Les États-Unis et la communauté internationale ne toléreront pas le développement illégal de missile balistique avec des têtes nucléaires. Nous continuerons à imposer des sanctions économiques à la Corée du Nord tant qu’elle ne rentrera en conformité avec le droit international

Des sanctions pour isoler la Corée du Nord du reste du monde

Le décret signé par Barack Obama comprend plusieurs volets de sanctions. 

Tout d’abord, pour la première fois dans son histoire, les États-Unis ont décidé d'interdire totalement l’export de biens vers la Corée du Nord. Auparavant, les relations commerciales entre la Corée du Nord et les États-Unis existaient - même si elles étaient minimes. La mise en place d'un blocus commercial est une première depuis que les États-Unis avaient bloqué le commerce avec l’Iran ou le Myanmar.

Ainsi, toute personne, quel que soit sa nationalité, qui tentera de faire du commerce dans le secteur minier ou du transport avec la Corée du Nord sera-t-il "blacklisté" par le gouvernement américain. Cette mesure vise en particulier le secteur minier dont les revenus sont essentiels à la survie de la Corée du Nord. Selon le département américain du Trésor, les revenus générés à eux seuls par la vente de charbon s'élèvent à 1 milliard de dollars par an.

Gel de tous les actifs nord-coréens

Le second volet de sanctions, qui avait été adopté par l’ONU à la mi-février, va permettre le gel de tous les actifs nord-coréens à l’étranger ainsi que l’interdiction de créer des visas pour les ressortissants nord-coréens et les personnes souhaitant s’y rendre. De plus, toutes marchandises en provenance et en direction de la Corée du Nord devront être inspectées. Barack Obama a tenu à préciser le but de ces sanctions :

Ces mesures ne visent pas le peuple nord-coréen, mais le gouvernement

Malgré toutes ces sanctions, Kim Jong-un a donné l’ordre de procéder à de nouveaux essais pour tester des têtes nucléaires miniaturisées.

La Chine « opposée aux sanctions unilatérales »

Après la publication du décret signé par Barack Obama, la Chine, l’allié principal de la Corée du Nord, s’est dit "opposée aux sanctions unilatérales". Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Lu Kang a déclaré :

Nous avons souligné que les actions unilatérales prises par un pays, peu importe lequel, ne doivent pas contrevenir aux droits et les intérêts légitimes de la Chine.

En 2014, la Chine représentait plus de 90% des 7.61 milliards de dollars du commerce extérieur Nord-coréen, selon l’Agence de promotion pour l’investissement et le commerce coréen (Kotra).

Selon des analystes et des diplomates, des lacunes présentes dans les nouvelles sanctions prises par les États-Unis pourrait donner à Pékin le moyen de poursuivre une relation commerciale normale avec la Corée du Nord.

La libération d’un étudiant américain emprisonné en Corée du Nord en jeu

Parallèlement au décret signé par Barack Obama, la Maison Blanche a appelé Pyongyang à gracier Otto Warmbier, un jeune étudiant américain emprisonné en Corée du Nord. Le porte-parole de la Maison Blanche s’en est expliqué :

Nous encourageons fortement le gouvernement nord-coréen à le gracier (...) et à lui accorder une libération immédiate. Il est de plus en plus clair que le gouvernement nord-coréen utilise ces citoyens américains comme des pions avec des motivations purement politiques

Le jeune homme a été condamné le 16 mars par la justice nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés pour "activités subversives". La Cour suprême nord-coréenne a validé la condamnation d’Otto Warner, selon l’agence de presse officielle KNCA 

Article rédigé par Antoine Llorca - Crédit photo : Larry Downing/Reuters