Allemagne – Publié le 14 mars à 07:35 – Mis à jour le 14 mars 2016 à 14:12

Allemagne : percée des populistes aux élections régionales

Allemagne : percée des populistes aux élections régionales «
Play

Le PSG, après avoir écrasé la Ligue 1, s...

»
Play

"Twictée": une dictée pour se familiaris...

Le parti conservateur d'Angela Merkel a essuyé un vote sanction ce dimanche lors de trois élections régionales en Allemagne en raison de la politique d'accueil des réfugiés de la chancelière. Le rapport de force politique se retrouve bouleversé.

Parti fondé il y a seulement trois ans, les populistes d'Alternative pour l'Allemagne (AfD) sont les grandes gagnants de cette journée électorale dans trois länder, à dix-huit mois des législatives. La politique d'accueil des demandeurs d'asile impulsée par Angela Merkel cet été a été au cœur des débats. Dans la presse allemande, les commentaires parlent d'un "bouleversement" politique. La percée d'AfQ risque de compliquer la tâche de la CDU, du SPD et des Verts pour bâtir des coalitions stables.

"Angela Merkel ne s'est présentée dans aucun de ces trois Etats" et pourtant, "les élections se sont en partie jouées sur sa politique", qui "polarise l'Allemagne comme jamais", analyse le Frankfurter Allgemeine Zeitung.

► En Saxe-Anfalt : l'Alternative pour l'Allemagne se hisse à la deuxième position

Du jamais vu dans l'Allemagne d'après-guerre. Alternative pour l'Allemagne a créé la surprise ce dimanche en Saxe-Anflat où le parti se place deuxième et talonne la CDU d'Angela Merkel. Le parti ne surfe plus uniquement sur une vague anti-monnaie unique, il cristallise désormais le mécontentement des opposants à la politique migratoire.

Les conservateurs ne sont pas les seuls à prendre l'eau. La gauche, qu'il s'agisse des sociaux-démocrates et de la gauche radicale de Linke, accuse de forts reculs par rapport au précédent scrutin. Pour le Tagesspiegel, le principe même des grands partis "est sur la sellette", le SPD subissant "une catastrophe structurelle" et la CDU traversant une crise "aiguë".

► Bade-Wurtemberg : la CDU derrière les Verts

Dans son fief historique du Bade-Wurtemberg (sud-ouest), l'Union chrétienne-démocrate (CDU) n'arrive que deuxième, derrière les Verts, une première même si les écologistes dirigent déjà ce Land depuis cinq ans. 

► Rhénanie-Palatinat : les sociaux-démocrates restent en tête

En Rhénanie-Palatinat (ouest), la région de l'ancien chancelier Helmut Kohl, la CDU est battue par les sociaux-démocrates du SPD. 

► Les populistes désormais représentés dans la moitié des régions

Le secrétaire général de la CDU, Peter Tauber a relevé "des temps difficiles" et estimé "ne pas attendre" de changement dans la politique sur les réfugiés d'Angela Merkel qui doit s'exprimer ce lundi à la mi-journée.

Le patron du SPD et vice-chancelier Sigmar Gabriel a lui aussi exclu tout changement de politique sur les réfugiés "Nous avons une ligne claire [...] et nous la gardons".

Pour le responsable de la CSU Horst Seehofer, l'allié bavarois de la CDU qui s'oppose à la politique migratoire d'Angela Merkel, "la réponse" à un tel résultat "ne peut pas être: on continue comme avant".

Le quotidien populaire Bild, le plus lu d'Allemagne, a pointé la "débâcle de la CDU", la "soirée d'horreur de la chancelière Merkel" et relève que "l'AfD choque l'Allemagne". "En tant que chef de parti", elle a certes subi "une défaite retentissante", constatait le quotidien, mais "sa position dans la crise des réfugiés n'a pas été sanctionnée" puisque les Verts dans le Bade-Wurtemberg et le SPD en Rhénanie-Palatinat ont gagné avec la même ligne. Bild note que les deux partis qui dominent la vie politique allemande depuis 1945 "doivent lécher leurs plaies" après cet "important test sur la politique en matière de réfugiés".

Les populistes seront désormais représentés dans la moitié des 16 régions allemandes, à dix-huit mois des législatives et alors que d'autres scrutins régionaux sont attendus d'ici là.

Le vice-président de l'AfD, Alexander Gauland s'est réjoui que ses nombreux électeurs aient "voté contre la politique sur les réfugiés" de Mme Merkel martelant le thème central de sa formation qui "ne veut plus de réfugiés" après l'arrivée de 1,1 million de demandeurs d'asile en 2015.  

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE (avec agences) - Des militants d'AfD fêtent leur score en Saxe-Anhalt (Getty Images)