Live

Par la rédaction web iTELE – Publié le 26 mars à 14:00 – Mis à jour le 19 janvier 2017 à 10:21

Yémen ► Selon l'ONU, 10.000 civils tués dans la guerre depuis mars 2015

► Le conflit au Yémen, qui est entré dans son 21e mois, a fait plus de 10.000 morts, selon un bilan de l'ONU datant de janvier, et près de 37.000 blessés.

► Le 15 novembre, Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a annoncé une nouvelle initiative de paix pour le Yémen impliquant un cessez-le-feu à partir de jeudi 17 novembre et un "nouveau gouvernement d'union nationale" avant la fin de l'année. Une proposition aussitôt rejetée par le gouvernement. Le 21 novembre, ce nouveau cessez-le-feu a échoué, après plusieurs attaques perpétrées par les deux camps.

► Auparavant, les Houthis et leurs alliés, les partisans de l'ancien président Saleh, avaient créé un conseil pour gouverner le pays, suscitant l'ire de la coalition.

► Les pourparlers de paix avaient été rompus unilatéralement par la délégation gouvernementale fin juillet, après trois mois de négociations infructueuses à Koweït.

► Dans un autre bilan, l'OMS rapportait qu'au 25 octobre, 21 millions de personnes avaient besoin d'une assistance médicale.

  1. nouvelle(s) mise(s) à jour
  2. iTELE

    Hassan Rohani demande à l'Arabie d'arrêter son "agression" contre le Yémen

    Le président iranien Hassan Rohani a demandé mardi à l'Arabie saoudite d'arrêter son "agression" contre le Yémen et ses "ingérences" dans la région, lors d'une conférence de presse à Téhéran.

    "L'Arabie saoudite a elle-même crée des problèmes en attaquant un pays voisin, ce qui n'avait aucune logique et n'en a toujours pas. C'est dans l'intérêt de la région et de l'Arabie saoudite de cesser au plus vite les attaques contre le Yémen,", a déclaré le président Rohani.

    "Nos n'avons pas de problème bilatéral avec l'Arabie saoudite, nos problèmes concernent l'agression de l'Arabie saoudite contre le Yémen, ses ingérences à Bahreïn, ses ingérences dans la région", a-t-il ajouté.

    L'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite s'opposent sur toutes les questions régionales, notamment la situation au Yémen, la guerre en Syrie ou encore Bahreïn, pays à majorité chiite dirigé par une monarchie sunnite.

    Voir tout le live
  3. iTELE

    10.000 civils tués dans la guerre, selon l'ONU

    Le médiateur des Nations unies pour le Yémen s'est rendu lundi à Aden pour s'entretenir avec le président Abd Rabbo Mansour Hadi, au moment où l'organisation internationale a estimé que 10.000 civils avaient été tués depuis mars 2015, a indiqué un porte-parole onusien.

    La mission d'Ismail Ould Cheikh Ahmed était "d'essayer de présenter (au président yéménite) les dernières propositions en date pour la paix", a expliqué Farhan Haq, porte-parole de l'ONU.

    Les Nations unies ont revu à la hausse lundi leur estimation du nombre de victimes civiles - 10.000, contre 7.000 auparavant - depuis le début de l'intervention d'une coalition menée par l'Arabie saoudite en mars 2015.

    Cet accroissement "souligne le besoin de trouver une solution à la situation au Yémen sans plus attendre", a ajouté M. Haq, déplorant "un coût humanitaire énorme".

    L'envoyé de l'ONU espère raviver le processus de paix dans le pays après le rejet par le président Hadi de la feuille de route qu'il avait proposée. Il doit rendre compte de sa mission devant le Conseil de sécurité plus tard ce mois-ci.

    Voir tout le live
  4. iTELE

    Cinq morts dans un raid aérien près d'une école à Nihm

    Un raid aérien imputé à la coalition sous commandement saoudien a fait cinq morts, dont deux enfants, mardi près d'une école primaire du nord du Yémen, région contrôlée par les rebelles chiites Houthis, ont indiqué une source médicale et un responsable local.

    Treize autres personnes ont été blessées dans cette frappe sur un marché près de l'école Al-Falah dans le secteur de Nihm, au nord-est de la capitale Sanaa, selon ces sources.

    Une source médicale à l'hôpital Koweït de Sanaa a confirmé le bilan de cinq morts, dont deux enfants.  L'agence rebelle Saba a donné de son côté un bilan de huit morts et quinze blessés.

    Voir tout le live
  5. iTELE

    Craig McAllister, un Australien enlevé au Yémen

    Un Australien enlevé au Yémen est apparu dans une vidéo où il a demandé à son gouvernement d'accepter les demandes de ses ravisseurs non identifiés, a rapporté mardi SITE, le centre américain de surveillance des sites jihadistes.

    La vidéo montre l'homme, identifié comme Craig McAllister, lisant une déclaration alors qu'une arme est pointée sur sa tête.

    L'enregistrement de 12 secondes a été diffusé sur un site de partage le 10 janvier, selon SITE.

    Craig McAllister, enlevé en septembre dans la capitale Sanaa sous le contrôle des rebelles chiites Houthis, avait indiqué dans une video diffusée en octobre qu'il travaillait au Yémen comme entraîneur de football.

    Voir tout le live
  6. iTELE

    Le gouvernement yéménite passe à l'offensive

    Les forces progouvernementales, soutenues par l'aviation et la marine de la coalition arabe sous commandement saoudien, ont déclenché samedi une opération, baptisée "Lance d'Or", dans la région occidentale de Dhubab, à 30 km du détroit stratégique de Bab Al-Mandeb, situé entre la mer Rouge et le golfe d'Aden.

    Selon des sources militaires, l'objectif est de reprendre aux rebelles chiites Houthis, soutenus par les partisans de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, les zones longeant la mer Rouge sur 450 km, dont les villes de Mokha, Hodeida et Midi, près de la frontière saoudienne.

    Les combats ont fait au moins 68 morts en deux jours, 55 rebelles et 13 militaires loyalistes, selon un bilan donné dimanche.

    Voir tout le live
  7. iTELE

    Combats près du détroit de Bab Al-Mandeb

    Des combats ont opposé dimanche les forces gouvernementales yéménites aux rebelles chiites Houthis près du détroit stratégique de Bab Al-Mandeb, où 68 insurgés et militaires ont été tués en deux jours, selon des sources militaires.

    Les forces loyales au président Abd Rabbo Mansour Hadi, qui ont conquis samedi la région de Dhubab, à 30 km du détroit de Bab Al-Mandeb, à l'entrée de la mer Rouge, tentaient de reprendre le contrôle total d'un important camp militaire proche où elles avaient pénétré la veille, ont ajouté ces sources.

    Le camp militaire d'Al-Omari, au centre des combats, est situé dans une zone montagneuse surplombant la route côtière qui relie la région de Bab Al-Mandeb à la région de Dhubab et ouvre la voie vers Hodeida, la grande ville portuaire sur la mer Rouge, aux mains des rebelles.

    Voir tout le live
  8. iTELE

    25 morts en deux jours de bombardements au Yemen

    Onze civils, dont cinq membres d'une même famille, et 14 insurgés Houthis ont été tués en deux jours dans des bombardements au Yémen, pays déchiré par la guerre depuis plus de 21 mois, ont indiqué lundi des sources loyalistes et rebelles.

    Une frappe aérienne de la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite a visé lundi un convoi de trois véhicules à Mariss, dans la province de Dhaleh (sud), tuant cinq rebelles Houthis, a rapporté un responsable militaire. L'un des véhicules transportait des armes, a-t-il précisé.

    Par ailleurs, six rebelles ont été tués dans un raid similaire à al-Makhdara, dans la province de Marib (centre), tandis que des tirs d'obus menés par les forces gouvernementales dans la même région ont coûté la vie à trois autres insurgés, a rapporté un autre responsable militaire.

    Voir tout le live
  9. iTELE

    Jalal al-Seydi, un chef local d'Al-Qaïda au Yemen tué par un drone

    Un chef local d'Al-Qaïda a été tué jeudi dans le centre du Yémen dans une attaque de drone probablement américain, a indiqué une source au sein des services de sécurité. L'attaque a visé un véhicule à Sawmaa, dans la province d'Al-Baida, tuant Jalal al-Seydi, un "émir" du réseau extrémiste dans la ville voisine de Loder, et un de ses gardes, a précisé cette source.

    Loder est une ville de la province d'Abyane (sud), dont plusieurs localités avaient été sous le contrôle d'Al-Qaïda avant d'être reprises en juin par les forces progouvernementales yéménites.

    Voir tout le live
  10. iTELE

    Le président yéménite accuse les rebelles de détruire toute chance de paix

    Le président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi a accusé mardi les rebelles Houthis d'avoir détruit toute chance de paix en procédant unilatéralement à la nomination d'un gouvernement dans la capitale Sanaa qu'ils occupent.

    Cette mesure "détruit toute chance de dialogue et de paix", a souligné le président Hadi depuis Aden, grande ville du sud du Yémen, où il est arrivé samedi de son exil en Arabie saoudite.

    Elle confirme que les "miliciens (nom donné aux rebelles chiites Houthis et à leurs alliés, les partisans de l'ex-président Ali Abdallah Saleh) persistent à vouloir répandre le chaos et les destructions".

    Par la voix d'un porte-parole cité par l'agence officielle Saba, M. Hadi a appelé la communauté internationale à "condamner cette démarche et à faire endosser aux miliciens la responsabilité de l'effondrement des efforts de paix".

    Les rebelles ont annoncé lundi avoir formé unilatéralement un "gouvernement de salut national" au moment où le médiateur de l'ONU pour le Yémen tentait de relancer ses efforts de paix dans ce pays déchiré par la guerre depuis 20 mois.

    L'ONU tente d'obtenir un cessez-le-feu et de former un gouvernement d'union nationale incluant toutes les parties en conflit.

    Dans un discours à la nation en soirée, M. Hadi a estimé que les rebelles avaient, par leur gouvernement, "tué les derniers espoirs" d'une reprise des négociations de paix.

    Il s'est cependant dit "toujours ouvert à la paix", louant "le rôle positif joué par l'ONU et son émissaire pour un règlement de la question yéménite et l'application des résolutions internationales, dont la 2216".

    Voir tout le live
  11. iTELE

    L'émissaire de l'ONU rencontre Hadi pour relancer les efforts de paix

    L'émissaire de l'ONU au Yémen a rencontré jeudi le président Abd Rabbo Mansour Hadi à Aden (sud) pour de nouvelles discussions sur les moyens de mettre fin à 20 mois de conflit, a indiqué un responsable du gouvernement.

    Ismaïl Ould Cheikh Ahmed s'est entretenu pendant plusieurs heures avec M. Hadi au palais présidentiel d'Al-Maachiq avant de quitter Aden, a indiqué le responsable.

    Il s'agit de la première visite à Aden du médiateur de l'ONU au Yémen, où les forces loyales au président Hadi, soutenues par une coalition militaire sous commandement saoudien, affrontent les rebelles Houthis alliés aux partisans de l'ancien président déchu Ali Abdallah Saleh.

    Dans une vidéo envoyée aux journalistes, l'émissaire de l'ONU a déclaré avoir voulu adresser "un message de respect" à M. Hadi en se rendant dans la grande ville portuaire, déclarée "capitale provisoire" du pays.

    L'objectif de la visite était de "renouer le dialogue (pour) une solution pacifique", a déclaré M. Ould Cheikh Ahmed, soulignant avoir perçu "beaucoup de positivité" de la part de M. Hadi.

      Voir tout le live
    • Voir plus