Virus Zika – Publié le 04 février à 09:45 – Mis à jour le 04 février 2016 à 10:55

Virus Zika : 2.500 cas recensés en Outre-mer, selon Marisol Touraine

Virus Zika : 2.500 cas recensés en Outre-mer, selon Marisol Touraine «
Play

Prêts immobiliers : Marisol Touraine pré...

»
Play

​Julian Assange annonce qu'il se rendra...

Invitée de la matinale de Bruce Toussaint, la ministre de la Santé Marisol Touraine a expliqué que le virus Zika était en progression dans les départements ultramarins d'Amérique, notamment en Martinique et en Guyane. En métropole, une dizaine de personnes infectées, revenues de ces territoires, ont été recensées depuis le début de l'année.

Dans la matinale d'iTELE, la ministre de la Santé a appelé à la vigilance et a maintenu ses recommandations aux femmes enceintes de métropole d'éviter tout voyage dans les zones touchées par l'épidémie de virus Zika. Elle s'est également adressée aux femmes de Martinique et de Guyane :

Nous recommandons aux femmes enceintes d'aller voir un médecin, une sage femme à l'hôpital ou en ville. Il est important qu'elles soient informées, qu'elles soient suivies, qu'elles soient accompagnées. Si leur médecin le juge nécessaire, un test de dépistage du Zika leur sera proposé. S'il est positif, alors elles feront l'objet d'un suivi régulier avec une échographie tous les mois.

"Nous étions prêts avant que l'épidémie ne fasse la Une des journaux"

Marisol Touraine a insisté sur la réponse rapide des autorités dès 2015 :

La mobilisation de l'État a été lancée au mois de juillet dernier alors qu'il n'y avait pas d'épidémie. Comme il y avait une épidémie en Amérique latine, nous avons dit "il y a un risque pour ces départements français". Nous avons mobilisé les agences sanitaires. Nous avons lancé des plans de prise en charge et d'accompagnement. Nous étions prêts avant que l'épidémie ne fasse la Une des journaux.

Elle a par ailleurs annoncé l'envoi sur place d'une mission de médecins urgentistes pour évaluer la situation et les besoins.

Répondant au risque de contamination par relation sexuelle, elle a déclaré qu'aujourd'hui, "ce n'est pas scientifiquement démontré" :

N'inquiétons pas outre mesure, des travaux de recherche sont engagés. Ce n'est qu'une suspicion.

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE