Crise des éleveurs – Publié le 17 février à 16:35 – Mis à jour le 17 février 2016 à 17:12

Les principales annonces de Manuel Valls pour résoudre la crise des agriculteurs

Les principales annonces de Manuel Valls pour résoudre la crise des agriculteurs «
Play

Valls annonce une "année blanche" fiscal...

»
Play

San Bernardino: Apple refuse de coopérer...

Le Premier ministre, qui venait de recevoir à Matignon le patron de la FNSEA Xavier Beulin et le président des Jeunes Agriculteurs Thomas Diemer, a déclaré que "le gouvernement ne peut pas fixer les prix, mais agir auprès de ceux qui conduisent actuellement les négociations commerciales". Récapitulatif des principales annonces.

Lors de son discours ce mercredi 17 février à l'Assemblée nationale, le Premier ministre a notamment déclaré :

Le gouvernement ne peut pas fixer les prix, mais agir auprès de ceux qui conduisent actuellement les négociations commerciales

Manuel Valls a assuré recevoir de la part des enseignes de grande distribution "des signaux concrets sur leur volonté d'enrayer la baisse des prix et les industriels de jouer la transparence avec les producteurs", ajoutant que "la plupart se sont engagées à éviter toute spirale déflationniste".

Egalement, selon le Premier ministre, "la LME (Loi de modernisation de l'économie, ndlr) sera réouverte pour introduire des mesures complémentaires de rééquilibrage des relations"; Il précise que cela se ferait "via la loi Sapin 2", présentée au Conseil des ministres le 23 mars.

"Année blanche" fiscale pour les agriculteurs à faible revenu

Manuel Valls a annoncé mercredi à l'Assemblée nationale une baisse de sept points des cotisations sociales de tous les agriculteurs, ainsi qu'une "année blanche sociale" pour tous les agriculteurs ayant dégagé de très faibles revenus en 2015, afin de répondre à la crise agricole. "Cette nouvelle mesure de 500 millions d'euros aboutit à une baisse de cotisation de 10 points pour les agriculteurs, supérieure à celle du CICE, a étayé le Premier ministre. C'est plus que ce que demandaient les représentants du monde agricole que nous venons de rencontrer." Et d'ajouter :

Depuis le début de la crise en 2015, c'est une baisse structurelle cumulée de charges personnelles de près de 730 millions d'euros.

Outre la baisse des cotisations sociales, l'"année blanche" fiscale est destinée aux agriculteurs à faible revenu : "Nous avons aussi arrêtés une mesure pour les agriculteurs qui auraient dégagé en 2015 un revenu très faible, ou qui n'auraient pas eu tout simplement de revenu, une année blanche sociale par report automatique d'un an, reconductible dans la limite de 3 ans, sans aucune démarche de l'agriculteur, sans pénalité ni intérêt de retard, de toutes les cotisations 2016." Et de conclure :

Baisse des charges, mais il faut aussi penser à ceux qui n'ont pas eu de revenus.

Manuel Valls a enfin rappelé les efforts menés par le gouvernement pour endiguer le surplus de normes, régulièrement dénoncé par les agriculteurs depuis le début de la crise. "C'est vrai que les agriculteurs français sont soumis à une sédimentation de normes qui sont parfois plus exigeantes que la réglementation communautaire, a-t-il dit. Dans le secteur de l'élevage, depuis le débat de cette législature, nous n'en avons pas rajouté, mais plutôt retiré. Nous allons étendre aux élevages laitiers et bovins ce que nous avons déjà fait pour les créations ou extensions d'élevages porcins ou de volailles. Nous le ferons bien sûr sans moins-disant environnemental."

Rédaction web d'iTELE