Etat d'urgence – Publié le 14 février à 16:03 – Mis à jour le 14 février 2016 à 16:35

Le vote de la prolongation de l'état d'urgence ce mardi à l'Assemblée nationale

Le vote de la prolongation de l'état d'urgence ce mardi à l'Assemblée nationale «
Play

Second tour de l'élection présidentielle...

»
Play

Pierre Ménès: "Il est impensable que Ser...

Le vote de la prolongation de l'état d'urgence ce mardi à l'Assemblée nationale

Le Sénat a voté mardi dernier une prolongation de trois mois de l'état d'urgence, qui devait se terminer à l'origine à la fin du mois de février. Les députés vont se prononcer ce mardi.

Les sénateurs ont voté mardi dernier majoritairement pour la prolongation de trois mois de l'état d'urgence jusqu'à la fin du mois de mai. 

Scrutin public du sénat sur le vote de la prolongation de l'état d'urgence (capture d'écran Sénat)

Les députés vont être à leur tour amenés à se prononcer sur le projet de loi prolongeant à nouveau, pour trois mois, à compter du 26 février ce régime d'exception.

Peu d'opposants à la prolongation de l'état d'urgence

Décidé pour douze jours au soir des attentats du 13 novembre, l'état d'urgence avait été prolongé une première fois de trois mois par un vote quasi-unanime de l'Assemblée nationale (551 voix pour, 6 contre) une semaine après.

Ce mardi, les contre ou les abstentions devraient être un peu plus nombreux de la part de députés Front de gauche, écologistes et de quelques socialistes, mais la prolongation de l'état d'urgence devrait être votée largement.

En commission, les seuls à s'élever contre ont été, jeudi, deux députés écologistes, Noël Mamère et Isabelle Attard. Le député de Gironde a notammen expliqué:

Nous n'acceptons pas ce principe fixé par le Premier ministre selon lequel la sécurité prime les libertés.

L'état d'urgence, ce "n'est pas le contraire de l'Etat de droit", a plaidé le ministre de l'Intérieur, pour qui "il ne nous est pas permis de considérer que le "péril imminent" qui a justifié la proclamation de l'état d'urgence a disparu".

Article rédigé par la rédaction d'iTELE avec AFP - Crédit photo: Assemblée nationale