France - Israel – Publié le 17 février à 00:43 – Mis à jour le 17 février 2016 à 06:49

La campagne de boycott d'Israël condamnée par le Conseil de Paris

La campagne de boycott d'Israël condamnée par le Conseil de Paris «
Play

"La Vache", un film contre l'intolérance

»
Play

Le Conseil de sécurité de l'ONU critique...

La campagne de boycott d'Israël condamnée par le Conseil de Paris

Le Conseil de Paris a adopté mardi un "vœu" condamnant le mouvement de boycott d'Israël, relayé dans la capitale par le collectif "Boycott, désinvestissement, sanctions" (BDS). Ce vote a ensuite été dénoncé par une manifestation au nom de la liberté d'expression.

Adopté mardi matin par le Conseil de Paris, le "vœu" rappelle que Paris et sa maire Anne Hidalgo (PS) "ont de manière constante affirmé leur opposition au mouvement de boycott d'Israël et dans le même temps, leur attachement à la promotion de la paix entre Israéliens et Palestiniens". 

Le voeu a été adopté avec les voix du PS et des Républicains, rejoints par le PRG et l'UDI-MoDem. En revanche, les élus PCF-FG et EELV ont voté contre. 

Le texte s'inquiète notamment que le collectif Boycott, désinvestissement, sanctions (BDS) ait pris pour cible les échanges culturels "vecteurs de paix et de tolérance", en appelant notamment au boycott d'un spectacle d'une compagnie de danse israélienne à l'Opéra Garnier.

La campagne internationale BDS, qui plaide pour le boycott des biens provenant des Territoires occupés mais aussi parfois de tous les produits, entreprises et institutions israéliennes, a auparavant été condamnée par Manuel Valls. Selon le Premier ministre, ces mouvements de boycott sont souvent le paravent d'un "antisionisme qui bascule dans l'antisémitisme".

De leur côté, les élus EELV, PCF-FG ont soutenu au Conseil de Paris un voeu de Danielle Simonnet, coordinatrice nationale du Parti de Gauche, contre la "criminalisation" des personnes engagées dans une campagne de boycott "citoyenne, antiraciste et non violente". Le texte a été rejeté mardi. 

Mobilisation pour la liberté d'expression

Quelques heures après le vote du voeu du Conseil de Paris, une centaine de personnes s'est rassemblée place du Châtelet à Paris. Des membres du collectif BDS, du Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, des élus du PCF ou encore du Parti de gauche étaient présents. Eric Coquerel, coordinateur du Parti de Gauche, a notamment lancé : 

Ce qui se passe aujourd'hui est extrêmement grave, il en va de la liberté d'expression.

Rédaction web d'iTELE avec AFP / Crédit photo Wikimedia Zigsfy