Marseille – Publié le 02 février à 11:15 – Mis à jour le 02 février 2016 à 12:11

Écoles délabrées de Marseille : "Notre ville est la risée de la France"

Écoles délabrées de Marseille : "Notre ville est la risée de la France" «
Play

​L'application WhatsApp a dépassé le mil...

»
Play

Google pourrait devenir la première capi...

La Une de Libération montrant des écoles insalubres des quartiers Nord de Marseille provoque ses premières réactions politiques. La sénatrice socialistes des Bouches-du-Rhône Samia Ghali, monte au créneau, dénonçant une situation qui ne concerne "pas que les écoles des quartiers Nord, mais aussi des établissements des quartiers sud laissés à l'abandon".

Selon Samia Ghali, le problème principal est que seul le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, pourrait décider d'effectuer ces travaux. Les mairies d'arrondissement n'auraient pas les compétences pour décider seules d'entreprendre la réfection de ces établissements. La sénatrice en appelle à Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l'Éducation nationale, qui pourrait "demander au préfet d'effectuer les travaux, si les enfants sont jugés 'en danger'".

Et pour elle, le danger est bien présent :

Il y a un risque sanitaire. Certains enfants ont des certificats médicaux pour des sinusites infectieuses, de l'asthme, ça sent très mauvais dans certaines de ces écoles.

Le danger, c'est aussi que, dès leur premier âge, on montre à ces enfants que la République ne les respecte pas. Ce sont des enfants qui demain feront un rejet de l'école. Le combat de l'insécurité, c'est aussi que la République donne le "droit au savoir" à ces enfants.

Non seulement, on montre à Marseille que ses écoles sont laissées pour compte, mais en plus, on est la risée de la France.

La sénatrice a confirmé que pour elle, certains quartiers de Marseille vivaient un "apartheid" scolaire et a regretté la "ghettoïsation" des écoles.

Article rédigé par la rédaction web d'iTélé