Patrimoine – Publié le 26 février à 19:06 – Mis à jour le 27 février 2016 à 17:23

Vente aux enchères de Radio France : une si bonne idée?

Vente aux enchères de Radio France : une si bonne idée? «
Play

Gianni Infantino élu à la tête de la Fif...

»
Play

Gianni Infantino "connait parfaitement l...

Vente aux enchères de Radio France : une si bonne idée?

La Maison de la Radio organise le 19 juin prochain sa première vente aux enchères de 4000 vinyles. Les collectionneurs devraient être comblés mais certains amateurs de musiques ne peuvent s'empêcher d'être inquiets.

Voilà une vente aux enchères qui va faire le bonheur des passionnés de musiques, des collectionneurs ou autres vinyl diggers. La Maison de la Radio accueillera, le dimanche 19 juin prochain, les mélomanes pour une gigantesque vente de 33 et 45 tours issus de la collection de la discothèque de Radio France.

4000 anciens vinyles - que Radio France possède en double ou en triple - seront vendus au public. Autrefois prêtés aux programmateurs et producteurs des sept chaînes de Radio France, certains d’entre eux pourraient bientôt se retrouver sur votre platine.

"Il y a une vraie appétence pour le sujet", s’enorgueillit Mathieu Gallet, le PDG de Radio France. En effet, quelques heures après la création de l’événement sur Facebook, dès l'annonce de la vente aux enchères, celui-ci totalise déjà plus de 21.000 participants.

Accélérer la numérisation

L'une des bibliothèques musicales les plus riches de France, met donc ses doublons en vente afin de récolter de l'argent et accélérer la lente numérisation des disques. "Seulement 20 % de la collection est numérisée", selon L'Humanité. La Discothèque numérique centrale (DNC) souhaite ainsi continuer à enrichir la “disco”, comme l’appelle les salariés de Radio France.

Depuis plus de 70 ans, la Discothèque numérique centrale collecte les CD, les vinyles et autres cylindres phonographiques. Ceux-ci proviennent des services de presse, d’auditeurs généreux ou d’achats ciblés. Cela représente un total de plus d'un million et demi de disques, dont 450.000 vinyles, précieusement conservés et classés. 700 nouveaux disques rejoignent chaque mois les rayons déjà bien garnis de pépites enfouies depuis la création de Radio France.

Certains se sont pourtant émus de cette future vente de 4000 vinyles. "Un scandale", s'étrangle l'un des salariés de Radio France qui craint que les futures ventes aux enchères ne se limitent pas aux doublons. Sur Twitter aussi, certains passionnés se demandent si l'initiative n'a que du bon.

"Hors de question de dilapider les fonds. Cela appartient au patrimoine et nous ne vendrons aucun exemplaire unique", tient à rassurer un responsable de Radio France.

Gestion dynamique

Il s'agit simplement de suivre les évolutions technologiques et d'avoir une gestion dynamique de la collection selon Marc Maret. Le directeur adjoint de la Documentation et responsable de la discothèque de Radio France s'est confié à ce propos au magazine électronique Trax.

Ce n’est pas une collection morte, mais bel et bien vivante. Elle est utilisée tous les jours, et affiliée à une plateforme de musique qui permet sa diffusion.

Davantage d'informations et les modalités pratiques devraient être communiquées d'ici le 19 juin prochain, date de la première d'"au moins cinq ventes d'ici deux ans", assure encore Marc Maret.

L'éventail musical proposé à la vente sera important, c'est certain. Des disques électroniques des années 60 au jazz, de la musique classique au rock, tous les styles musicaux "auront leur place dans cette vente", souligne encore le responsable de la discothèque.

Cependant, pour l'instant, pas de précisions sur les pépites qui seront mises en vente le 19 juin. Konbini croit savoir qu'un 45-tours de Syd Barrett datant de 1969 sera mis à prix à 7000 euros.

En attendant, les émissions "Radio Vinyle", dans lesquelles des artistes tels que Jarvis Cocker, Damon Albarn ou encore Françoise Hardy se délectent des vinyles de la "disco" de Radio France, sont toujours gratuits. Sans mise aux enchères non plus.

Rédigé par Brice Laemle (@BriceLaemle) / Crédits photo: Christophe Abramovitz (Radio France)