Culture – Publié le 29 novembre à 17:14 – Mis à jour le 29 novembre 2016 à 21:28

Le salon de la littérature jeunesse s’ouvre à Montreuil

Le salon de la littérature jeunesse s’ouvre à Montreuil «
Play

La présidente de la Corée du Sud annonce...

»
Play

Pourquoi les élèves Français sont-ils si...

Le salon de la littérature jeunesse s’ouvre à Montreuil

Le Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ) qui débute mercredi 30 novembre à Montreuil entend montrer la vitalité d'un secteur et sa créativité, toujours plus florissante.

Un secteur florissant 

 Avec 90 millions de volumes vendus (en 2015), le secteur jeunesse représente 13,7% du chiffre total de l'édition française. En cette fin d'année, le succès du dernier opus d'Harry Potter (600.000 exemplaires vendus), confirme la bonne santé économique du secteur.

 Sylvie Vassallo, directrice du Salon depuis 2001, soulignait que pour l'ouverture de cette 32ème édition que : 

La littérature pour la jeunesse est le deuxième secteur de l'édition, la bande dessinée, dont 50% des titres s'adressent aux enfants, est le troisième. Si on additionne les deux, on peut raisonnablement penser que les jeunes forment le premier lectorat de l'édition française

Mais c'est au niveau de l'innovation que le livre jeunesse se distingue. Le thème retenu cette année, "sens dessus dessous", démontrera que le livre jeunesse est de moins en moins un simple livre. Livres en 3D, livres accordéon, livres sonores, pop-ups, impressions inattendues avec l'utilisation d'encres phosphorescentes... ces ouvrages sont faits pour mobiliser tous les sens.

"Sens dessus dessous" ce sont également les chamboulements de l'enfance et de l'adolescence, les soubresauts du monde. Il sera question "d'explorer le désordre, le chaos, le bouleversement, et d'évoquer les différentes directions dans lesquelles va le monde", a expliqué Sylvie Vassallo.

L'entrée du Salon sera gratuite le mercredi, jeudi et vendredi (elle est gratuite tous les jours pour les jeunes de moins de 18 ans, les étudiants et les professionnels) et sera à 5 euros le week-end, en échange d'un Chèque-Lire de 4 euros à dépenser sur place.

La BD à l'honneur 

Dès mercredi, le Salon remettra ses "Pépites", prix littéraires réservés à des livres jeunesse francophones dont "la Pépite d'or", décernée par un jury de professionnels, censée couronner le meilleur livre jeunesse de l'année.

Parmi les nouveautés, une large place sera accordée cette année à la bande-dessinée avec, pour la première fois, une scène entière qui sera consacrée au neuvième art. Un hommage particulier sera rendu à Gaston Lagaffe (avant une exposition prévue en décembre au Centre Pompidou) pour ses 60 ans tandis que Julien Neel, créateur de "Lou" (2,5 millions d'exemplaires vendus), viendra expliquer la genèse de son oeuvre.

Au total, 450 exposants sont annoncés au Salon tandis que 2.000 auteurs et illustrateurs, Français et étrangers, ont été invités dont l'Américain Jeff Kinney, auteur du best-seller mondial "Journal d'un dégonflé" dont le dixième opus vient de sortir en France ou encore Pef, le père du "Prince de Motordu". Dédicaces, séances de lecture, "battle" de critiques littéraires pour défendre son livre préféré, créations en direct sont au programme durant toute la durée du Salon.

Parmi les expositions programmées, la plus attendue est "La règle et le jeu" qui mettra en scène 20 artistes européens (l'exposition est prévue pour tourner ensuite jusqu'en 2018 en Europe) qui ont transformé la façon de réaliser un livre pour enfants.

Article rédigé par la rédaction web d'iTELE avec AFP / Crédit photo : Le Salon du livre et de la presse jeunesse (SLPJ)